Politique

Guinée : pourquoi Alpha Condé n’est pas rentré à Conakry

L’évacuation de l’ancien président à Abou Dhabi, où il est arrivé le 17 janvier, a été prolongée dans la plus grande discrétion. Explications.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 18 février 2022 à 17:13

Alpha Condé, en février 2020 © MINASSE WONDIMU HAILU/AFP

Mamadi Doumbouya avait décidé que le séjour médical d’Alpha Condé aux Émirats arabes unis ne devait pas excéder un mois, sauf avis médical contraire. Le président de la transition, qui gère personnellement ce dossier, se tient très régulièrement informé de la situation de son prédécesseur. Selon nos sources, les médecins émiratis ont émis un avis défavorable à son retour à Conakry dans l’immédiat.

Appels téléphoniques

Ce 18 février, Alpha Condé devait de nouveau être hospitalisé afin de subir une opération chirurgicale de la prostate. L’ancien homme fort de Conakry avait d’abord passé une série d’examens à la Cleveland Clinic – il souffre également de sa prothèse de hanche –, avant de poursuivre sa convalescence dans un hôtel. Il demeure néanmoins complètement isolé.

Privé de ses téléphones personnels, il a tout de même pu appeler quelques proches grâce à la ligne fixe installée dans sa chambre. Mais il n’a plus accès à son carnet d’adresses et la conversation, non cryptée, est forcément très limitée.

Sans compter que les services de sécurité émiratis, qui le gardent vingt-quatre heures sur vingt-quatre, maintiennent un cordon sécuritaire très étanche autour de lui. Seul son médecin personnel, le docteur Kaba, qui a voyagé avec lui comme deux de ses gardes du corps, peut lui rendre visite.