Politique

Cameroun : à l’Assemblée nationale, Cavaye Yéguié Djibril met Gaston Komba KO

L’inamovible président de la Chambre a limogé son secrétaire général. Une chute brutale, sur fond de querelle sur le choix d’une compagnie d’assurance, dont Jeune Afrique vous raconte les coulisses.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 18 février 2022 à 16:04

président de l’assemblée nationale du Cameroun depuis 1992. © kepseu/maxppp

Une demi-heure chrono, c’est le temps qu’il aura fallu au président de l’Assemblée nationale, Cavaye Yéguié Djibril, pour débarquer le secrétaire général de la Chambre, Gaston Komba. Tout s’est joué le 12 février dernier, lors d’une réunion du bureau de l’Assemblée, convoquée la veille pour le lendemain.

Ainsi appelé à la va-vite, le bureau a eu droit à un violent réquisitoire contre Komba. « Je voudrais vous le dire pour le déplorer, l’image de l’institution et de son chef est écornée et traînée dans la boue chaque jour qui passe par le seul fait d’un fonctionnaire irrespectueux, méprisant et véreux […]. En liaison incestueuse avec la presse, il est dans tous les débats télévisés et sur les réseaux sociaux pour vilipender et salir sans cesse notre chef de l’État, le patron du parti, et moi-même, votre serviteur. »

À Lire Cameroun : Cavayé Yeguié Djibril, dinosaure menacé d’extinction

Âgé de 82 ans, affaibli par des soucis de santé et régulièrement soigné à l’étranger, Cavaye Yéguié Djibril a paru retrouver ce jour-là, dans la vigueur de la charge, une nouvelle jeunesse.

« Il [Gaston Komba] n’a qu’à aller s’amuser avec les réseaux sociaux, a-t-il poursuivi. Il n’a qu’à écrire. Il n’a qu’à nous insulter. Nous sommes de grands hommes. » Quoiqu’un rien décousu, le discours trahissait à l’évidence une amertume personnelle et s’est conclu par la décision de relever le secrétaire général de ses fonctions pour « faute lourde ».

Gestion féodale depuis trente ans

Contacté au téléphone, Gaston Komba a refusé de s’exprimer. Mais depuis le 28 janvier, sa chute n’était plus qu’une question de temps. Ce jour-là, cet ancien député du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) du Nkam s’était déjà vu retirer ses prérogatives et était de fait suspendu.

Que lui reproche-t-on ? Cela ne lui a pas été explicité mais, ce qui pose problème, selon nos informations, c’est le recrutement d’une compagnie d’assurance maladie destinée à la couverture des élus et de l’ensemble du personnel de la chambre, de leurs familles et des pensionnés. Montant de la police pour l’exercice budgétaire 2022 : 690 millions de F CFA.

Il a été relevé de ses fonctions sans la moindre demande d’explication écrite ou verbale, ni quelque rapport que ce soit sur sa gestion

À l’issue de la sélection, la compagnie Atlantique Assurances a été retenue au détriment de NSIA, l’assureur du précédent exercice. Dans un premier temps, Cavaye Yéguié Djibril a validé le processus, avant de se rétracter et de se retourner contre le secrétaire général. Le bureau de Gaston Komba a été scellé, sa voiture de fonction lui a été retirée.

« Il a appris sa suspension comme tout le monde, par voie de presse, affirme un membre de son entourage. Il a ensuite été relevé de ses fonctions [le 12 février] sans jamais avoir reçu la moindre demande d’explication écrite ou verbale, ni quelque rapport que ce soit sur sa gestion avec une sollicitation d’information. Rien. »

À Lire Cameroun : après Paul Biya, un dauphin surprise à la tête du pays ?

« Ce secrétaire général est certes issu d’un parti qui n’est pas le mien, réagit le député du Littoral Jean-Michel Nintcheu (Social Democratic Front, opposition). Mais il était très apprécié des élus, toutes formations politiques confondues. Il a essayé de changer les choses, de moderniser la gestion féodale que l’on nous impose depuis trente ans. »

Député dès 1970, Cavaye Yéguié Djibril dirige l’Assemblée nationale depuis trois décennies. À la présidence camerounaise, on connait les coups de sang de ce chef traditionnel issu de l’Extrême-Nord. Plusieurs des secrétaires généraux de l’institution, nommés sur proposition d’Etoudi, ont dans le passé vu leurs têtes mises à prix. Nommé en avril 2020, Komba aura tenu près d’un an avant de tomber lui aussi. En revanche, Cavaye, dont le mandat sera remis en jeu début mars prochain, est reconduit sans discontinuer par le parti au pouvoir.