Économie

Eau : à Marrakech, la décentralisation a fait ses preuves

Malgré des besoins croissants en eau et les difficultés liées à la sécheresse, le Maroc relève le défi de l’approvisionnement de ses villes. Exemple avec la Radeema à Marrakech.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 25 mars 2022 à 18:21

L’usine de traitement des eaux usées de Marrakech a une capacité d’épuration de 150 000 m3 par jour. © Radeema

Le Maroc, où le taux d’accès à l’eau est de 100 % en milieu urbain et de 97 % en milieu rural, est souvent cité en exemple de gestion décentralisée de l’eau réussie. Si la production est assurée par l’Office national de l’eau et de l’électricité (Onee) qui relève du ministère de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, la distribution est confiée aux collectivités locales.