Économie
Place du 20 mai, de nuit dans la ville de Yaoundé, au Cameroun. © Photo de Renaud Van Der Meeren pour les Éditions du Jaguar

Cet article est issu du dossier

Cameroun : une économie à toute épreuve ?

Voir tout le sommaire
Économie

Cameroun : un air de renationalisation flotte sur le port de Douala

Le port autonome de Douala (PAD) reprend progressivement en main des activités jusqu’à présent gérées par des groupes étrangers. Dragage, pesage, sécurité, gestion du terminal à conteneurs … À la manœuvre, Cyrus Ngo’o, le patron de l’autorité portuaire.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 22 mars 2022 à 15:01

Vue du terminal à conteneurs du Port autonome de Douala. © PAD CM

L’éviction du consortium Bolloré-Maersk du terminal à conteneurs, en décembre 2020, et les contentieux en cours, fort médiatisés, peuvent donner à croire que cette disqualification d’opérateurs étrangers est un fait ponctuel.

Pourtant, c’est bien une lame de fond nationaliste qui parcourt le complexe portuaire de la capitale économique camerounaise, depuis l’arrivée de Cyrus Ngo’o à la tête du port autonome de Douala (PAD), il y a cinq ans. Tout à son esprit cocardier, cet administrateur civil de formation n’hésitait d’ailleurs pas, en octobre 2020, à proclamer un retour de la « souveraineté de l’État du Cameroun sur la principale route d’accès des marchandises et des biens du pays ».

Nouvelles régies et compagnies

Sous son impulsion, un certain nombre d’activités exercées par des entreprises étrangères – conformément à la réforme portuaire de 1998 qui consacrait, entre autres, la privatisation des opérations -, sont désormais gérées par des sociétés locales. Plusieurs d’entre elles sont d’ailleurs supervisées par les autorités portuaires. « Comme c’était le cas auparavant, où certaines activités étaient même directement exploitées par l’ex-Office national des ports du Cameroun [ONPC], ancêtre du PAD », rappelle Lin Onana Ndoh, le directeur délégué de la régie en charge du remorquage et du sauvetage des navires, entrée en service au début de 2021 pour remplacer le français Boluda.

À Lire Douala Vs Bolloré/Maersk : un conflit sans fin ?

Depuis deux ans, la régie déléguée est également chargée de la gestion du terminal à conteneurs, qui était auparavant sous la responsabilité de Douala International Terminal (DIT, filiale du français Bolloré Transport & Logistics et du néerlandais APM Terminals), à travers la Régie du terminal à conteneurs (RTC). Elle assure aussi la reprise des activités dragage jusqu’alors opérées par China Harbour Engineering Company (CHEC), ainsi que la sécurité et la sûreté, pour lesquelles une nouvelle entité a été créée : la Douala Port Security (DPS). Ce mouvement de reprise en main a bénéficié de l’accompagnement financier d’Afriland First Bank, qui a mis des lignes d’avance à la disposition des autorités portuaires pour le démarrage de leurs activités.