Économie

Afrique-France : Sarkozy, Niel, Rajoelina… Les réseaux d’Hassanein Hiridjee, le patron d’Axian

Le PDG du premier groupe malgache, qui vient de lever 420 millions de dollars sur les marchés financiers, a acquis en quelques années une dimension panafricaine. Intervenant volontiers dans les médias, il reste néanmoins très discret sur ses relations avec les cercles de pouvoir, dans le monde des affaires comme en politique. Jeune Afrique a mené l’enquête.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 20 avril 2022 à 10:28

Les réseaux d’Hassanein Hiridjee. © Montage JA

Exit les activités de distribution de matériaux de construction et d’automobiles vendues à son cousin Moustafa Hiridjee. Sous l’impulsion de Hassanein Hiridjee, 46 ans, les intérêts de sa famille se sont réorganisés, à partir du début des années 2000, autour des télécoms, des services financiers, du secteur énergétique et de l’immobilier.

Après avoir d’abord donné une nouvelle envergure à ses affaires dans l’océan Indien, ce diplômé de l’École supérieure de commerce de Paris (ESCP) a consolidé toutes les activités de son clan au sein du holding Axian et les a étendues à l’Afrique de l’Ouest, leur conférant par là même une dimension panafricaine.

À Lire Hassanein Hiridjee (Axian) : « L’Afrique ne régresse pas, elle mute » 

Ces derniers mois, il franchit un nouveau cap grâce à la reprise des filiales de l’opérateur Millicom (Tigo) en Tanzanie et à Zanzibar. Une fois l’aval du régulateur local obtenu, son groupe pèsera environ 1,7 milliard d’euros de chiffre d’affaires et emploiera 6 000 salariés.

Pour financer cette nouvelle phase d’expansion et poursuivre ses investissements au Togo, Axian, noté B+ par les agences financières S&P et Fitch Ratings, a émis début février son premier emprunt obligataire. Le groupe malgache a ainsi pu lever 420 millions de dollars notamment auprès de IFC, la filiale de la Banque mondiale, ainsi que des institutions de développement britannique, CDC, et allemande, DEG.