Économie

Côte d’Ivoire : Mako Gold croit pouvoir trouver de l’or à Korogho

Dans le nord du pays, la junior minière va procéder à des forages sur une zone représentant 296 kilomètres carrés de « ceinture de roches vertes », non loin de la mine aurifère de Tongon de Barrick Gold.

Par
Mis à jour le 10 février 2022 à 11:42

Réalisation d’un carottage à air lors de la prospection de Komboro, le 10 février 2022. Aircore drilling in progress on the Komboro Prospect (Napié Project) ASX ANNOUNCEMENT 10 FEBRUARY 2022 © Steve Zaninovich/Mako Gold

Après la prospection, le forage. La société d’exploration minière australienne Mako Gold a lancé un double programme de forage d’une profondeur de 7 000 mètres, confirmant son intérêt pour la Côte d’Ivoire. Ce forage vise à couvrir de vastes zones prospectives identifiées à partir de l’interprétation d’un levé géophysique magnétique aéroporté et d’un levé géochimique préliminaire du sol, réalisés l’année dernière, a-t-elle annoncé dans un communiqué de presse publié le 7 février.

En 2021, le spécialiste avait lancé un programme de forages de 45 000 mètres de profondeur au total s’étalant entre Napié et Korhogo (région Nord de la Côte d’Ivoire), sur une zone représentant  296 kilomètres carrés de « ceinture de roches vertes ».  « Cette zone d’exploration se situe uniquement à environ 20 kilomètres de la mine d’or de Tongon de Barrick Gold, d’une valeur de 4,9 millions d’onces », rappelle l’entreprise de conseil en investissements Proactive Investors. Sur les marchés, l’or s’échange actuellement à 1 740 euros l’once.

À Lire Burkina Faso : les producteurs d’or veulent s’adapter au régime Damiba

Techniques de pointe

Jusqu’à présent inexplorée avec les méthodes modernes, la zone du projet Korhogo dispose désormais de deux foreuses travaillant simultanément. En plus de cela, 10 000 mètres supplémentaires de carottage aérien (technique de prélèvement d’échantillons par les airs) seront prévus après réception des résultats du programme de forage initial pour faire avancer les travaux le plus rapidement possible.

« Nous avons commencé à travailler sur le projet en 2021 avec un programme géophysique aéroporté ainsi qu’un programme d’échantillonnage géochimique du sol. Nous poursuivons avec un forage à double tarière », a précisé Peter Ledwidge, directeur général de Mako Gold.

La compagnie minière a les moyens de ses ambitions, puisqu’elle est parvenue à lever plus de 7 millions d’euros grâce à un placement de 125 millions d’actions ordinaires à 0,08 dollar australien (0,05 euro) chacune, en août 2021. Ces fonds propres sont dédiés à l’accélération du développement de ses actifs ivoiriens et à l’exploration intensive des gisements.

À Lire Mali : pourquoi African Gold croit à l’or de Kobada ?

Bientôt une mine d’or à Napié

Outre les récentes évolutions à Korogho, Mako Gold affirme que son objectif principal reste la construction à terme d’une mine d’or à Napié, où une campagne de forage d’extension est toujours en cours. L’estimation de ressources minérales vierges y est prévue pour le deuxième trimestre de 2022. En parallèle, la compagnie aurifère continue d’étendre son empreinte sur les prospects de Tchaga et Gogbala (toujours dans la zone de Napié). En janvier 2022, elle a indiqué avoir reçu des résultats d’analyse encourageants issus de ces deux programmes de forage.

La jeune entreprise – elle a été créée en 2015 – mise sur la découverte de gisements d’or « à haute teneur » dans des terrains « très prometteurs et sous-explorés » en Côte d’Ivoire et dans d’autres pays d’Afrique de l’Ouest. Sa « zone d’intérêt », qui couvre la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Mali et le Burkina, abrite actuellement 70 gisements dont les ressources individuelles dépassent un million d’onces.

Selon les derniers échanges, les actions de Mako Gold ont augmenté de plus de 2 %, à 0,09 dollar australien.

Capitalisation boursière Mako Gold © Capitalisation boursière Mako Gold. Source : Proactive Investors UK.

Capitalisation boursière Mako Gold © Capitalisation boursière Mako Gold. Source : Proactive Investors UK.