Économie

Stratégie : « Morocco Inc. » met le cap sur l’Afrique anglophone

Depuis la crise financière, le royaume chérifien a réorienté sa vision du monde. Rabat, qui cherche à devenir un acteur transcontinental, se tourne de plus en plus vers les économies anglophones.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 11 février 2022 à 10:50

La station du groupe OCP à Khouribga, assure le transport de pulpe des phosphates entre le pôle mine de Khouribga et la plateforme industrielle de valorisation de Jorf Lasfar à El Jadida . © Fayssal Zaoui/IMAGEEXPERIENCE

Sous l’impulsion du roi Mohamed VI, le Maroc a passé la décennie de l’après-crise financière mondiale à s’engager de plus en plus auprès de partenaires commerciaux et politiques africains. Pour ce faire, le royaume chérifien est allé bien au-delà des liens francophones traditionnels du pays et s’est rapproché des pays anglophones.

Le Maroc joue désormais un rôle majeur en Afrique, devenue son espace vital

Ce sont d’abord les institutions financières qui ont ouvert la voie. Les trois grandes banques de Casablanca – Attijariwafa Bank (AWB), BMCE Bank of Africa (BOA) et Banque Commerciale Populaire (BCP) – réalisent désormais entre un quart et un tiers de leurs bénéfices nets consolidés sur d’autres marchés africains. Le réseau de la BOA a fait passer la contribution africaine à son bénéfice global à 35 % ; pour la BCP, elle est d’environ 25 % et pour l’AWB de 31 %.

À Lire BCP, BMCE, Attijariwafa : pour les banques marocaines, la fin du « coup de pouce » subsaharien ?