Société

CAN : les six piliers du sacre du Sénégal

Aliou Cissé, Sadio Mané, Édouard Mendy… Les Lions de la Teranga ont pu compter sur des personnalités hors du commun pour décrocher enfin la Coupe d’Afrique des nations, le 6 février au Cameroun.

Mis à jour le 8 février 2022 à 12:37

Les Lions de la Teranga célèbrent leur sélectionneur, Aliou Cissé, après leur victoire à la CAN, le 6 février 2022 © Sunday Alamba/AP/SIPA

Il était le dernier grand pays d’Afrique à ne pas avoir remporté la CAN. Le Sénégal a comblé cette lacune lors de la 33e édition de la compétition, disputée au Cameroun, remportant la finale face à l’Égypte (0-0-, 4-2 aux t.a.b). Une conquête qui repose sur un collectif porté par six personnalités.

• Aliou Cissé, l’architecte

Ancien milieu de terrain international, Aliou Cissé avait connu la défaite en finale de la CAN 2002 face au Cameroun (0-0, 2-3) en tant que capitaine des Lions de la Teranga. Et il était sur le banc lors de la seconde finale perdue par le Sénégal en Algérie. Cela fera 7 ans, le 4 mars prochain, qu’il est le sélectionneur de l’équipe – une longévité exceptionnelle en Afrique.

Aliou Cissé, 45 ans, n’a pas toujours été épargné par les critiques. Mais l’ancien joueur du PSG, d’un naturel discret, a toujours conservé ses distances avec ses détracteurs, préférant se concentrer uniquement vers son objectif : remporter la CAN. « Il y a eu depuis sa nomination une réelle progression. L’équipe a atteint les quarts de finale de la CAN 2017, s’est qualifiée pour la Coupe du Monde en 2018 et on n’atteint pas par hasard la finale de la CAN deux fois de suite, intervient Ferdinand Coly, son ancien coéquipier en sélection. Oui, il y a eu des critiques, parfois justifiées, sur le jeu proposé par la sélection, qui ne correspondait pas à son potentiel. Mais il a tenu bon et son rôle a été essentiel dans la conquête de ce titre. »

• Impeccable Édouard Mendy

Ignoré lors des nominations pour le Ballon d’Or 2021, le gardien sénégalais de Chelsea a été élu meilleur spécialiste du monde par la FIFA juste avant la CAN. Un statut qu’il a confirmé lors de la compétition au Cameroun, bien qu’il ne l’ait pas débutée pour cause de Covid-19. Mendy, 29 ans, n’a encaissé que deux buts et s’est montré décisif lors de la finale, en repoussant le tir au but de Mohanad Lasheen. Il a également eu un réflexe peut-être essentiel lors de la tentative de Mohamed Abdelmonem, en baissant la tête au moment où le ballon, après avoir touché le poteau, revenait vers lui. Avec un gardien de cette envergure, le Sénégal disposait clairement d’un atout majeur pour atteindre son objectif.

• Abdou Diallo, la révélation

Né en France, le défenseur du PSG a longtemps espéré être appelé chez les Bleus, une sélection au sein de laquelle il avait évolué dans toutes les catégories de jeunes. Mais Abdou Diallo, 25 ans, a fini par accepter la proposition de jouer pour le Sénégal. Il est devenu international le 26 mars dernier, à l’occasion d’un match face au Congo.

Depuis, Aliou Cissé en a fait un de ses titulaires, et la défense centrale qu’il forme avec Kalidou Koulibaly est en passe de devenir une référence. « Abdou Diallo a réalisé une CAN de haut niveau. Pour un joueur qui est en sélection depuis moins d’un an, c’est une vraie belle performance. Il incarne l’avenir et c’est une des principales réussites de Cissé », juge Ferdinand Coly.

• La revanche de Kalidou Koulibaly

En 2019, le capitaine des Lions de la Teranga, Kalidou Koulibaly, avait manqué la finale contre l’Algérie, un évènement qu’il avait vécu comme un traumatisme. Avant celle du 9 février contre l’Égypte, il avait donc déclaré qu’il s’agissait du « moment le plus important de sa carrière. » Avec la victoire des Lions, le défenseur de Naples, âgé de 30 ans, a montré toute son importance dans le collectif sénégalais.

• Sadio Mané, le patron

Auteur de trois buts, de deux passes décisives et de plusieurs prestations de très haut niveau, Sadio Mané a été élu meilleur joueur de la CAN. L’attaquant de 29 ans a transformé le tir au but décisif lors de la finale, alors qu’il avait échoué face au gardien égyptien Gabaski en début de rencontre. « Il a su prendre ses responsabilités et s’est conduit en vrai patron durant le tournoi », estime Coly.

• Retour gagnant pour Ismaïla Sarr

Au début du mois de janvier, le club anglais de Watford ne voulait pas entendre parler d’une participation à la CAN de son ailier Ismaïla Sarr, 23 ans, blessé à un genou en novembre, mettant en avant le protocole de guérison. Une attitude qui a ulcéré Augustin Senghor, le président de la Fédération sénégalaise de Football (FSF), lequel a menacé le 3 janvier de porter l’affaire devant la FIFA si les Britanniques persistaient dans leur obstination. Curieusement, ceux-ci se sont rapidement adoucis et ont finalement accepté que Sarr s’envole pour l’Afrique.

Aliou Cissé, quant à lui, s’était engagé à ne pas précipiter le retour de l’attaquant sur les terrains, afin de respecter le temps de guérison nécessaire. Le sélectionneur des Lions a tenu parole, attendant les quarts de finale pour l’utiliser face à la Guinée Equatoriale (3-1). Sarr a alors inscrit un des trois buts de son équipe…