Économie

Ecobank : l’Afrique francophone réduit l’écart avec la zone anglophone

Avant impôts, les bénéfices cumulés de l’Afrique de l’Ouest francophone et anglophone représentent près de 90 % des revenus du groupe bancaire panafricain.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 4 février 2022 à 11:31

Le siège d’Ecobank, à Lomé. © Michel Aveline pour JA

Alors que le Nigeria est définitivement détrôné en tant que première source de revenus du groupe bancaire panafricain Ecobank Transnational Incorporated (ETI), les deux pôles Afrique de l’Ouest francophone (Uemoa) et Afrique de l’Ouest anglophone (Awa) continuent de contribuer à environ 60 % des résultats opérationnels en 2021.

Confirmant sa résilience face aux conséquences économiques de la crise du Covid-19, le groupe, présent dans 33 pays, a enregistré une très légère inflexion de son résultat opérationnel à 1,7 milliard de dollars (+ 1 %) l’an dernier.

Croissance deux fois moins rapide