Archives

Le tubede l’été

Les maisons de disques rêvent de toucher le jackpot en lançant les succès de la saison estivale. Mais, en ce domaine, seule la jeunesse décide.

Par - Farid Alilat
Mis à jour le 5 juillet 2005 à 01:00

Karim peut être staisfait. Gérant d’une boutique de cassettes audio et de CD de la rue Didouche-Mourad (ex-rue Michelet), il sait d’emblée que son chiffre d’affaires sera excellent cette année. Les clients affluent à toute heure de la journée et les cassettes se vendent comme des petits pains. Et qu’est-ce qui marche le mieux en ce moment ? « Le raï, bien sûr », répond-il sans hésitation. Le raï, évidemment. D’Oran à Annaba, en passant par Alger et Tizi- Ouzou, il envahit tout, les cafés, les bars, les cabarets ; on l’écoute sur les plages, dans les voitures, à la maison.
Musique autrefois chantée par les cheikhs et les cheikhat (hommes et femmes respectés pour leur âge) à l’occasion des mariages et des circoncisions, le raï est resté longtemps cantonné à l’Ouest algérien. Parce que ses adeptes célèbrent les plaisirs de l’alcool et de la chair, avec des paroles souvent crues, parfois carrément grivoises, ce genre musical a été marginalisé et interdit sur les ondes de la radio et à la télé. Il faudra attendre les années 1980 pour qu’il ait enfin droit de cité. Certains artistes acquièrent une grande célébrité auprès de la jeunesse algérienne : Cheb Khaled, Fadela & Sahraoui, Houari Benchenat… sans oublier, bien sûr, Cheb Mami. Le raï se diffuse et s’écoute aux quatre coins du pays. Sa popularité franchit les frontières, conquiert la France et le reste du monde. « Les trois produits que l’Algérie exporte le mieux sont le pétrole, les dattes et le raï », plaisante Karim.
Samir, garçon de café, est un inconditionnel de cette musique. Hier, ses chanteurs préférés s’appelaient Khaled, le King ; Mami, le prince ; et Cheb Hasni, le roi du raï sentimental. Aujourd’hui, Samir ne jure que par Houari Dauphin, le « requin du raï », comme on le surnomme en Algérie. « C’est mon idole. Je trouve navrant qu’on ne le voie pas souvent à la télé. Les journaux le boycottent, mais ce n’est pas grave, il a des milliers de fans », soutient-il. Mais Houari Dauphin n’a pas attendu les médias pour se faire un nom. De père kabyle et de mère oranaise, ce chanteur à la dégaine de latin lover enchaîne les succès, à tel point qu’il supplante les stars les mieux installées. Son dernier tube, « Je t’écris d’un coeur brisé » (en français dans le texte), devrait faire un malheur cet été. Car c’est à cette période de l’année que les maisons de production sortent la grosse artillerie.
« Il y a trois ans, se rappelle un journaliste, Cheba Djenet a vendu plus de un million de copies avec son tube « Matadjebdouliche » (« Ne me parlez pas de lui »). Impossible alors d’échapper à cette rengaine. » Le marché est tellement lucratif que chanteurs et chanteuses éditent des cassettes à la chaîne. Évidemment, l’enregistrement est en général médiocre, mais qu’importe ! La grande majorité des clients est peu regardante sur la qualité du produit, comme le prouve le succès de Cheb Toufik et de sa chanson « Yal Kavia T’halebtou » (« Oh ! les ploucs, vous vous êtes enhardis ! »), aux forts relents xénophobes. Ce natif de Bab el-Oued fait un tabac chez les Algérois.
D’autres vedettes devraient faire parler la poudre durant cette saison estivale. Cheb Abdou, le Boy George d’Oran, en fait partie. Ce chanteur rondouillard, qui entre sur scène maquillé et manucuré comme une jeune mariée, détonne dans le paysage de la chanson raï. Il dément la rumeur d’une prétendue homosexualité et menace d’attaquer les journaux en justice. Plus il chante des paroles salaces, plus le cercle de ses fans s’agrandit. « Appel masqué » (en français dans le texte), sa chanson fétiche, continue de faire fureur dans les boîtes de nuit et dans les cabarets.
Alors, quelle sera la star 2005 ? Réda Taliani – Réda l’Italien -, dont la chanson « Joséphine ma darti fiya » (« Joséphine, tu m’as fait souffrir ») fut le tube de l’été dernier ? Déjà, les vendeurs de cassettes misent sur lui.