Politique

Mbanié bientôt à La Haye

Par - Georges Dougueli
Mis à jour le 4 août 2008 à 19:35

La Cour internationale de justice va bientôt se pencher sur le conflit qui oppose le Gabon et la Guinée équatoriale à propos de l’île de Mbanié. Selon un communiqué conjoint publié le 22 juillet, les deux pays se sont donné rendez-vous à New York en septembre pour ficeler le dossier qu’ils soumettront à l’arbitrage des juges onusiens. Au siège de l’Organisation des Nations unies, à New York, le secrétaire général Ban Ki-moon a, de son côté, initié une médiation entre les deux protagonistes et promis de nommer un conseiller spécial chargé de faciliter le règlement du conflit.
Les deux pays se disputent cette île inhabitée de 20 hectares située, en théorie, dans les eaux territoriales gabonaises, à une dizaine de kilomètres au large de Libreville. Plus que ce lopin de terre désolé, la Guinée équatoriale conteste surtout au Gabon le droit d’exploiter les ressources que contiennent les eaux, les fonds et le sous-sol de la zone. À l’instar du conflit Cameroun-Nigeria à Bakassi, on spécule sur le potentiel en hydrocarbures dont regorgerait cette partie de la baie de Corisco.
En 1972, déjà, pour y avoir planté le drapeau gabonais sur le bout de terre disputé, Omar Bongo Ondimba avait suscité la colère de Macias Nguema, alors président de la Guinée équatoriale. Marchant sur les pas de son père, Ali Ben Bongo y a effectué une visite médiatisée en 2003, ravivant les protestations équato-guinéennes. Reste à départager les deux pays, qui auraient attribué des permis d’exploration à des compagnies pétrolières sur le même espace.