Société
Vente de maillots de l’équipe de football du Cameroun à Yaoundé, le 5 janvier 2022 © DANIEL BELOUMOU OLOMO/AFP

Cet article est issu du dossier

CAN : la fête du foot africain (enfin) célébrée au Cameroun

Voir tout le sommaire
Société

CAN : le Sénégal monte en puissance avant les quarts

Sans bruit et sans enthousiasmer les foules, la sélection sénégalaise s’avance doucement mais sûrement vers le dernier carré de la Coupe d’Afrique des nations. Mais il faudra d’abord que les Lions de la Teranga écartent la surprenante et coriace Guinée équatoriale, dimanche à Yaoundé.

Mis à jour le 30 janvier 2022 à 10:35

Le Sénégalais Bamba Dieng (à gauche) marque le second but de son équipe face au Cap-Vert lors des 8es de finale de la Coupe d’Afrique des nations 2021. © Pius Utomi EKPEI / AFP

Qu’ils se rassurent, les Sénégalais ne sont pas les seuls quarts-de-finaliste à avoir jusqu’à maintenant provoqué plus de bâillements que de plaisir à ceux qui suivent de près cette 33e édition de la Coupe d’Afrique des nations (CAN). L’Égypte est au moins aussi ennuyeuse à regarder, et la Guinée équatoriale, prochain adversaire des Lions de la Teranga, n’incarne pas l’idée que l’on se fait d’un football joyeux et offensif.

À la différence des deux premières sélections, grands noms du football africain – même si le Sénégal n’a toujours rien gagné –, les Équatoguinéens ne visent pas les mêmes objectifs, essentiellement parce que la qualité de leur effectif n’est pas la même.

Il faut dire qu’en dépit des matchs laborieux qu’ils ont pu offrir, on compte parmi les internationaux sénégalais présents au Cameroun des joueurs évoluant dans les meilleurs clubs européens : Edouard Mendy joue à Chelsea, Bouna Sarr au Bayern Munich, Kalidou Koulibaly à Naples, Abdou Diallo et Idrissa Gueye au Paris SG, Fodé Ballo-Touré au Milan AC, et Pape Gueye et Bamba Dieng sont marseillais.

Premier tour ardu

Lors du premier tour, et malgré la richesse du groupe, les Lions ont souffert, ne devant qu’à un penalty inscrit par Sadio Mané dans les dernières secondes face au Zimbabwe (1-0) le droit de poursuivre leur parcours. Les matchs face à la Guinée (0-0) et au Malawi (0-0) ont renvoyé les supporters sénégalais à leurs interrogations, relayées par Alassane Ndour, vice-champion d’Afrique en 2002 et quart-de-finaliste de la Coupe du Monde la même année.

« On attend forcément plus sur le plan de la qualité de jeu, avec les joueurs de classe mondiale qu’il y a dans l’effectif. Le premier tour a été laborieux. Cela fait quelques mois déjà que le sélectionneur (Aliou Cissé) est l’objet de quelques critiques. Mais il a les résultats pour lui et c’est le principal. »

Au Sénégal, les gens attendent quelque chose, évidemment le titre, même s’ils n’osent pas trop le dire

La victoire obtenue contre le Cap-Vert en huitième de finale (2-0), face à un adversaire qui a certes terminé la partie à 9 contre 11, a atténué cette piètre impression. Sans être flamboyants, les Lions ont affiché un profil nettement plus séduisant et davantage en rapport avec leur statut. « Ce n’était pas parfait, mais il y avait beaucoup plus d’envie, de fluidité. On ne pouvait pas se satisfaire de ce qu’on avait vu au premier tour, malgré la qualification », commente Ferdinand Coly, lui aussi membre de l’équipe historique de 2002.

« Les critiques ont piqué les joueurs et le staff technique, les poussant à montrer autre chose. Au Sénégal, les gens attendent quelque chose, évidemment le titre, même s’ils n’osent pas trop le dire. Si l’équipe élimine la Guinée équatoriale, cette ambition prendra un peu plus forme. »

« Plus Mané sera performant, plus le Sénégal sera fort »

Sadio Mané est assurément considéré comme le maillon fort de cette sélection, même si, comme le rappelle Ferdinand Coly, « il ne peut pas tout faire seul ». Auteur d’un nouveau but face au Cap-Vert, le milieu de terrain offensif de Liverpool tient son rôle, et de son rendement dépendra, au moins en partie, la durée du séjour des Lions de la Teranga au Cameroun.

« Il a montré son implication : l’équipe peut compter sur lui. Plus Mané sera performant, plus le Sénégal sera fort, souligne Alassane Ndour. Son expérience des matchs à élimination directe, qu’il partage avec les joueurs de grands clubs européens, sera très importante, à commencer par dimanche. »

Touché à la tête lors du match contre le Cap-Vert, Mané a repris l’entraînement alors qu’en Angleterre, plusieurs voix se sont élevées pour que le joueur soit dispensé de quart de finale. Cela ne devrait pas être le cas : l’équipe technique médicale et lui-même ont donné des nouvelles rassurantes. En cas de qualification, le Sénégal affrontera en demi-finale le vainqueur de Burkina Faso-Tunisie, le 2 février à Yaoundé.