Société
Vente de maillots de l’équipe de football du Cameroun à Yaoundé, le 5 janvier 2022 © DANIEL BELOUMOU OLOMO/AFP

Cet article est issu du dossier

CAN : la fête du foot africain (enfin) célébrée au Cameroun

Voir tout le sommaire
Société

CAN : la Gambie surprend, les favoris ne brillent pas

Les huitièmes de finale de la Coupe d’Afrique des nations ont fait des dégâts parmi les prétendants au titre : le Nigeria et la Côte d’Ivoire sont tombés, tandis que le Cameroun, le Maroc et le Sénégal se sont qualifiés dans la douleur. La Gambie et la Guinée équatoriale ont quant à elles écarté la Guinée et le Mali.

Mis à jour le 27 janvier 2022 à 18:33

Pius Utomi EKPEI / AFP © Le milieu de terrain gambien Musa Barrow (à droite) se bat pour la possession du ballon face au défenseur guinéen Saidou Sow (à gauche) en 8e de finale de la CAN 2022.

Le tableau des quarts de finale est désormais connu, et il y en aura pour tous les goûts. La 33e édition de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) permettra d’assister à un derby nord-africain (Maroc-Égypte), un alléchant Tunisie-Burkina Faso – deux sélections très proches l’une de l’autre – et deux affiches a priori plus déséquilibrées (Cameroun-Gambie et Sénégal-Guinée équatoriale).

Les matchs auront lieu les 29 et 30 janvier, et, après le Nigeria et la Côte d’Ivoire sortis en huitièmes, au moins un autre favori – qui des Lions de l’Atlas, qui des Pharaons ? – devra remballer ses ambitions.

La Côte d’Ivoire et la malédiction égyptienne

C’est à chaque fois la même sentence pour la Côte d’Ivoire, quand elle a le malheur de croiser l’Égypte en phase finale de la CAN. À Douala, le 26 janvier au soir, les Éléphants ont regardé les Pharaons s’envoler vers les quarts de finale, à l’issue de la séance des tirs au but (0-0, 4-5 aux t.a.b.). Déjà en 2006 au Caire, en finale de la CAN, les Ivoiriens avaient subi un sort identique (0-0, 2-4 aux t.a.b.), deux ans avant d’exploser (1-4) en demi-finale lors de l’édition 2008 organisée au Ghana.

Cette nouvelle élimination risque de coûter sa place au sélectionneur Patrice Beaumelle, dont le contrat s’achèvera en mars. Le technicien français jouait très gros lors de cette édition, après que son équipe a été éliminée lors du deuxième tour des qualifications pour la Coupe du monde 2022 le 16 novembre par le Cameroun à… Douala (0-1). D’ores et déjà, les supporters ivoiriens ont réclamé son départ immédiat. Le comité de normalisation qui dirige la Fédération ivoirienne de football (FIF) jusqu’à l’élection, en mars, du nouveau président, devrait rapidement se prononcer sur le dossier.

Prestation médiocre

L’Algérie et le Ghana au premier tour, désormais la Côte d’Ivoire, la liste des prétendants au titre continue de fondre. Les huitièmes de finale ont aussi été le spectacle de l’élimination des Nigériens, sortis par une Tunisie au réalisme froid (0-1). On pourrait ajouter le Mali, un outsider considéré comme candidat très présentable au sacre suprême et éjecté par la Guinée équatoriale (0-0, 5-6 aux t.a.b.).

Le Cameroun s’est quant à lui sorti du piège comorien (2-1), mais en livrant une prestation médiocre face à un adversaire à qui la CAN a pourtant interdit d’aligner son seul gardien de but valide. L’instance a changé les règles la veille de la rencontre en imposant un isolement de cinq jours aux joueurs, excluant ainsi Ali Ahamada, infecté par le Covid-19 quelques jours plus tôt, mais guéri et testé négatif. Les Comores, qui ont dû se résoudre à aligner un joueur de champ (Chaker Alhadur) et vu leur capitaine Nadjim Abdou expulsé au bout de six minutes, peuvent logiquement penser qu’on ne prête qu’aux riches…

Chez les autres favoris, le Sénégal, toujours aussi peu enthousiasmant, s’est débarrassé sans convaincre du Cap-Vert (2-0). Et le Maroc s’en est remis à un coup-franc génial d’Achraf Hakimi pour éliminer Malawi (2-1).

le Burkina Faso debout, la Gambie et la Guinée équatoriale invités surprises

En 2019, Madagascar, dont c’était la première participation, et le Bénin avaient épaté la galerie en atteignant les quarts de finale. Cette année, la plus grande surprise de la CAN – outre l’élimination du tenant du titre algérien – est la présence des Scorpions gambiens en quart de finale. Malgré sa 150e place au classement FIFA , la Gambie a battu la Tunisie (1-0) au premier tour, et réservé le même sort à de décevants Guinéens en huitième de finale (1-0).

Dirigée par Tom Saintfiet, un sympathique Belge ayant entraîné un peu partout dans le monde (Îles Féroé, Malawi, Namibie, Togo, Yémen, Malte, Bangladesh, Éthiopie, Finlande, Trinidad-et-Tobago…), l’équipe ne compte pas de star dans son effectif. Avec son football à la fois décomplexé et rigoureux, elle aura réussi son tournoi, quel que soit le résultat du match face aux Lions indomptables.

La Guinée équatoriale, quant à elle, a déjà atteint les quarts de finale en 2012 et terminé à la quatrième place en 2015. Après avoir réussi l’exploit de battre l’Algérie au premier tour (1-0), cette sélection sans panache mais particulièrement solide (un but encaissé en quatre matchs) a éjecté de la compétition le Mali (0-0, 6-5 aux t.a.b.). Le Sénégal, prochain adversaire du Nzalang Nacional, est prévenu.

Enfin, le Burkina Faso, rarement décevant en phase finale, a souffert pour éliminer le Gabon (1-1, 7-6 aux t.a.b.), à l’issue d’un des matches le plus captivants de cette CAN.

Des quarts de finale non sans nostalgie

Le Cameroun ouvrira le bal face à la Gambie, le 29 janvier à Douala. S’il se qualifie, le pays organisateur affrontera le vainqueur de Sénégal-Guinée équatoriale. La logique tend à imaginer un remake de la finale de 2002, remportée aux tirs au but par les Lions indomptables.

Le même jour, la Tunisie et le Burkina Faso se croiseront à Garoua, et l’histoire rappelle que lors des deux précédentes confrontations entre les Aigles de Carthage et les Étalons, en 1998 et 2017, l’issue a toujours été favorable aux Burkinabè… Les Marocains se souviennent également que le 29 janvier 2017 à Port-Gentil (Gabon), un but de l’Égyptien Kahraba en fin de match les avaient privés d’une place en demi-finale (0-1)…