Politique
Dépouillement des votes lors de l’élection présidentielle de février 2019. © Sylvain CHERKAOUI pour JA

Cet article est issu du dossier

Locales au Sénégal : les enjeux du scrutin

Voir tout le sommaire
Politique

Locales au Sénégal : Barthélémy Dias provoque un raz-de-marée à Dakar

Comme à son habitude, la capitale sénégalaise, volontiers frondeuse, échappe au pouvoir. Les résultats provisoires donnent le candidat de la coalition Yewwi Askan Wi largement vainqueur.

Mis à jour le 25 janvier 2022 à 16:47

Barthélémy Dias à Dakar. © Sylvain Cherkaoui pour Jeune Afrique

C’est sur le hit Magic in the air du groupe ivoirien Magic System que Barthélémy Dias, entouré de ses partisans, a célébré sa victoire dans la nuit du 23 janvier. Ou du moins sa large avance sur Abdoulaye Diouf Sarr, le candidat du pouvoir, en attendant la publication des résultats définitifs. « Je dédie cette victoire à Khalifa Sall parce que Dieu est avec les justes », a-t-il lancé depuis la commune de Grand-Yoff.

À Lire Locales au Sénégal : l’opposition remporte des bastions clés

Dès le dimanche soir, Benno Bokk Yakaar (BBY), la coalition au pouvoir, a reconnu sa défaite à Dakar. « Dans l’ensemble, les tendances nationales donnent notre coalition largement gagnante dans plusieurs capitales régionales et départementales. Toutefois, notre volonté de conquérir Dakar et Ziguinchor en particulier n’a pas été concluante », indique BBY dans un communiqué. Le revers est d’autant plus cinglant pour Abdoulaye Diouf Sarr, le ministre de la Santé, qu’il aurait été battu dans son propre fief, à Yoff, commune dont il est pourtant le maire.

Yewwi Askan Wi remporte la mise

La capitale sénégalaise faisait l’objet de toutes les attentions. Elle échappe au pouvoir depuis 2009 et la gagner était donc crucial pour la majorité. Mais, tout comme à Ziguinchor, c’est Yewwi Askan Wi qui a remporté la mise. Outre la mairie centrale, l’opposition s’impose dans les principales communes de la banlieue dakaroise et dans les villes importantes de la région éponyme : Yoff, Patte-d’Oie, Fann-Point E-Amitié, Parcelles-Assainies, Guédiawaye, Sangalkam, Golfe-Sud, Yeumbeul-Sud et Rufisque.

Des figures importantes de la majorité ont ainsi été battues dans leur fief, comme Aliou Sall, maire sortant de Guédiawaye et frère de Macky Sall, ou encore Moussa Sy, un ancien proche de Khalifa Sall dont c’était le deuxième mandat à la tête des Parcelles-Assainies.

Sohame El Wardini a échoué dans son propre bureau de vote, Mermoz-Sacré-Coeur

Doudou Wade, le candidat de Wallu Sénégal, l’autre coalition de l’opposition construite autour du Parti démocratique sénégalais (PDS) d’Abdoulaye Wade, a également adressé ses « félicitations » à Barthélémy Dias. Lequel devrait donc reprendre le fauteuil occupé par Soham El Wardini, maire de Dakar depuis 2018. Pour elle, la défaite est cruelle : selon les résultats provisoires, elle a échoué dans son propre bureau de vote, à Mermoz-Sacré-Cœur.

Élu dans cette commune également, Barthélémy Dias, qui la dirigeait depuis 2009, doit donc démissionner. Les membres du conseil municipal de Mermoz-Sacré-Cœur, dont il fera toujours partie, éliront le nouveau maire dans les prochaines semaines.

À Lire Locales au Sénégal : concours de tacles entre candidats

Plus de 6,6 millions de Sénégalais, sur une population de 17 millions, étaient appelés à départager 3 200 listes dans plus de 500 mairies et plus de 40 départements. La conquête de Dakar était l’un des grands enjeux de ce scrutin qui a valeur de test pour l’opposition et le pouvoir avant les législatives de juillet prochain et la présidentielle en 2024.