Assurances

Kenya : Safaricom met l’assurance santé à la portée de tous

L'opérateur de téléphonie kényan Safaricom se lance dans l'assurance avec son service low cost Linda jamii. © Safaricom

Surfant sur le succès de M-Pesa, l'opérateur kényan Safaricom a développé un produit d'assurance destiné à la grande majorité des Kényans, dépourvus de couverture maladie.

L’avenir de l’assurance santé passera-t-il par la téléphonie mobile ? C’est la conviction de Safaricom, qui fait ses premiers pas sur ce marché, après une phase pilote d’un an. Le 22 janvier, l’opérateur kényan a officiellement lancé son service Linda Jamii, en partenariat avec Britam (le leader du marché de l’assurance dans le pays), Changamka, l’un des principaux fournisseurs de technologie pour les services de santé, et PSI, une ONG qui œuvre à l’amélioration de la santé des populations à faibles revenus dans le monde.

Un marché de 35 millions de personnes

Après le succès du lancement du service M-Pesa, qui permet au plus rudimentaire des téléphones portables de transférer de l’argent à un autre appareil par simple envoi de SMS, Safaricom veut ainsi rendre l’assurance accessible au plus grand nombre. En effet, la cible de ce nouveau produit d’assurance n’est autre que les quelque 35 millions de personnes (sur une population totale de 43 millions d’habitants) dépourvues d’une couverture maladie. « La majorité de ces familles est dans l’incapacité de mobiliser suffisamment d’argent pour s’offrir une assurance santé, vu les options de paiement proposées. Le problème, c’est que ce sont les mêmes familles qui tardent à se faire soigner, rendant les traitements plus compliqués et donc plus chers sur le long terme », souligne Benson Wairegi, DG de Britam.

Lire aussi :

Le mobile banking au service de l’inclusion financière
La Banque centrale menace la domination de Mpesa
Kenya : Equity Bank et Airtel s’allient dans la banque mobile

Couverture complète

Moyennant 12 000 shillings kényans (102 euros) annuels, les primes permettent aux familles de bénéficier dans les principaux hôpitaux publics du pays d’une couverture médicale complète comprenant les traitements internes et externes, la prise en charge des soins de maternité, une indemnisation pour compenser la perte de revenus pendant l’hospitalisation, voire la prise en charge des frais funéraires.

Ces primes sont versées via M-Pesa, le pionnier des services de transfert d’argent auquel plus de 15 millions de Kényans ont déjà souscrit. Les familles peuvent accéder aux soins dès que la moitié des primes a été versée puis elles disposent de six mois pour s’acquitter de la totalité des frais d’assurance, à raison de 1 000 shillings par mois.

En fin de compte, les primes versées leur donnent accès à une couverture médicale d’une valeur de 290 000 shillings kényans (2 465 euros). « Linda Jamii est un produit qui tombe à point nommé au moment où le cancer, le diabète et les autres maladies potentiellement onéreuses sont en plein essor », souligne Bob Collymore, PDG de Safaricom.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte