Politique

RDC : dix choses à savoir sur Alphonse Kaputo Kalubi, l’anti-Yuma devenu patron de la Gécamines

Sa nomination est venue mettre un terme au règne d’Albert Yuma, emblématique patron de la puissante entreprise minière. Et le nouveau président est aussi bien introduit dans les cercles du pouvoir que son prédécesseur était réputé proche de Joseph Kabila.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 26 janvier 2022 à 10:27

Alphonse Kaputo Kalubi, qui a succédé à Albert Yuma à la tête de la Gécamines, en RDC. © DR

1. Katangais

Comme Albert Yuma, resté onze années à la tête de la Gécamines, Alphonse Kaputo Kalubi est un Katangais. Natif de Lubumbashi, il est originaire du territoire de Kasenga (Haut-Katanga). Ce choix est logique au regard du poids historique de l’entreprise dans cette grande région minière.

2. Réseau

S’il connaît bien Félix Tshisekedi, le nouveau président a surtout ses entrées auprès de Sama Lukonde Kyenge, qui était le directeur général de l’entreprise jusqu’à son arrivée à la primature, en février 2021. Celui-ci a d’ailleurs pesé en faveur de sa nomination.

À Lire RDC : Albert Yuma évincé de la présidence de la Gécamines

3. Anti-Yuma

Ses relations avec Albert Yuma sont réputées glaciales. Les deux hommes avaient de nombreux points de désaccord, notamment sur les orientations stratégiques de la Gécamines. Kaputo Kalubi s’était même retrouvé mis à l’écart de la gestion quotidienne, en dépit du fait qu’il était membre du conseil d’administration. Cette inimitié a joué en sa faveur lorsque le chef de l’État a voulu remplacer Yuma.

4. Revanchards

Pour le seconder, Kaputo Kalubi pourra compter sur Bester-Hilaire Ntambwe Ngoy Kabongo. Ancien directeur général adjoint, il a assuré l’intérim de Sama Lukonde lorsque celui-ci a pris la tête de l’exécutif et a depuis été confirmé dans les fonctions de directeur général. Lui non plus n’était pas en bons termes avec Yuma. Il est en revanche proche du Premier ministre et son bras droit, Léon Mwine, entretient de bonnes relations avec Tshisekedi.

5. En terrain connu

Né en 1953, diplômé en sciences de la terre et minéralogie de l’Université nationale du Zaïre, Kaputo Kalubi fait partie de la « maison » depuis près de quarante ans. Il en a gravi un à un les échelons, occupant au passage le poste stratégique de directeur de la géologie.

À Lire RDC : les hommes de Sama Lukonde Kyenge, le Premier ministre de Félix Tshisekedi 

6. Réindustrialiser

Selon de proches collaborateurs, il est en faveur d’une réindustrialisation du pays et d’une augmentation des parts de l’entreprise dans les contrats qui seront signés avec les opérateurs. Il est le seul membre de l’entreprise à disposer d’un droit de veto dans les décisions.

7. Congo Hold Up

Sa nomination intervient dans un contexte bien particulier. Cité à de nombreuses reprises dans les différents volets de l’enquête « Congo Hold Up », Yuma était aussi dans le viseur de l’Inspection générale des finances (IGF). Un rapport sur sa gestion est attendu prochainement.

8. Cobalt

Un membre de son entourage affirme que Kaputo Kalubi ne serait pas favorable à la poursuite des activités de l’Entreprise générale du cobalt (EGC), filiale de la Gécamines lancée en avril 2021. Soutenue par Trafigura, géant suisse du négoce de matières premières, l’EGC est aujourd’hui encore présidée par Albert Yuma.

À Lire RDC : les premiers éléments de l’audit de la Gécamines

9. Pas sinophile

Alors que Tshisekedi a entrepris une remise à plat des contrats miniers, notamment ceux signés par son prédécesseur avec la Chine, différents collaborateurs du nouveau président du conseil d’administration assurent qu’il est lui-même opposé à l’omniprésence des investisseurs chinois et qu’il soutient les audits lancés sous l’impulsion de la présidence. Une rupture avec Yuma le sinophile.

10. Audit

En août dernier, Kaputo Kalubi et Ntambwe Ngoy Kabongo avaient participé à la commission d’enquête chargée par la présidence d’évaluer les retombées pour la Gécamines du projet de Tenke Fungurume Mining, détenu à 80 % par le groupe China Molybdenum Co.