Politique

Mali : Choguel Maïga sous le feu des critiques du M5

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 14 janvier 2022 à 17:23

Choguel Maïga, le 16 octobre 2021 à Bamako. © Nicolas Remene pour JA

Alors que le Premier ministre fait face à de sévères sanctions de la Cedeao, sa gestion de la transition est de nouveau vivement remise en question par le mouvement dont il est issu. Explications.

Quel rôle joue le Mouvement du 5 Juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) dans la conduite de la transition ? Cette question est au cœur d’une lettre datée du 7 janvier 2022 qu’ont initiée des figures importantes de ce mouvement qui avait contesté le régime d’Ibrahim Boubacar Keïta jusqu’à son renversement, en août 2020.

Parmi les signataires, figurent Cheick Oumar Sissoko, Sy Kadiatou Sow, Modibo Sidibé, Konimba Sidibé, Mohamed Ali Bathily et Aliou Sankaré, dont certains n’ont jamais hésité à monter au créneau pour critiquer la conduite de la transition. Adressé au comité stratégique du M5, dirigé par le Premier ministre, Choguel Maïga, et remis au vice-président, Boubacar Karamoko Traoré, ce courrier de trois pages dresse un constat sans appel.

Inquiétudes