Politique

Cameroun : le match entre Paul Biya et Maurice Kamto se poursuit à la barre

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 14 janvier 2022 à 13:53

L’ancien candidat à la présidence, Maurice Kamto, à Paris, le 30 janvier 2020. © © STEPHANE DE SAKUTIN/AFP

Si l’opposant Maurice Kamto reste silencieux dans les médias, la riposte juridique de ses partisans s’organise après les multiples condamnations pour atteinte à la sûreté de l’État. Plusieurs fronts sont ouverts à Yaoundé, Banjul et Genève.

L’affaire des militants du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC, parti de Maurice Kamto), poursuivis ou condamnés par la justice camerounaise pour des faits allant de participation à une manifestation illégale à atteinte à la sûreté de l’État, est sur le point de prendre une nouvelle ampleur.

Selon nos informations, plus de 250 dossiers (dont ceux de 124 personnes actuellement en détention) doivent être déposés devant la Cour africaine des droits de l’homme, à Banjul (Gambie), et devant le Groupe de travail des Nations unies pour la détention arbitraire, à Genève (Suisse).

La DGSN dans le viseur