Société
Vente de maillots de l’équipe de football du Cameroun à Yaoundé, le 5 janvier 2022 © DANIEL BELOUMOU OLOMO/AFP

Cet article est issu du dossier

CAN : la fête du foot africain (enfin) célébrée au Cameroun

Voir tout le sommaire
Société

CAN – Mali : Adama Traoré, pur produit du TP Mazembe

Face à la Gambie, dimanche, l’attaquant sera l’un des plus grands atouts de la sélection malienne. S’il évolue aujourd’hui en Moldavie, c’est en RDC que la carrière du joueur s’est accélérée.

Mis à jour le 28 janvier 2022 à 17:43

Adama Traoré lors du match opposant le TP Mazembe au Club America pour la Coupe du monde des clubs Fifa à Osaka, le 16 décembre 2015 © ATSUSHI TOMURA/AFP

Adama Traoré n’a laissé que de bons souvenirs du côté de Lubumbashi, le fief katangais du TP Mazembe, un des meilleurs clubs d’Afrique. Quittant le Club Olympique Bamako, qui l’avait formé, il avait rejoint l’équipe congolaise en 2013, à 18 ans. Lors de ses cinq années chez les Corbeaux, l’attaquant a quasiment tout gagné : la Ligue des champions (2015), la Coupe de la Confédération africaine de football (2016 et 2017), la Super coupe d’Afrique (2016) et le championnat de RDC (2014, 2016 et 2017).  Il s’est ainsi bâti une bonne réputation qui lui a ouvert en 2018 les portes de l’Europe.

Le protégé de Salif Coulibaly

Pamphile Mihayo, joueur historique et entraîneur du club (membre du staff technique du Français Franck Dumas), se souvient des premiers pas de la jeune recrue malienne. « Adama était timide, réservé, il découvrait un nouvel environnement. Mais il pouvait communiquer en français avec certains joueurs congolais et pouvait compter sur plusieurs de ses compatriotes, dont Cheibane Traoré, Ousmane Cissé, Boubacar Diarra et surtout Salif Coulibaly, qui l’a véritablement pris sous son aile. » Ce défenseur, pilier du TP Mazembe de sept ans son aîné, le chaperonne et va même jusqu’à l’accueillir pendant plusieurs mois à son domicile lushois. « Je pense que cela a été quelque chose de très important pour Traoré, poursuit Mihayo. Il s’est rapidement senti à l’aise dans sa vie de tous les jours, et il n’avait qu’à se consacrer au football. »

C’est un joueur puissant, percutant, assez adroit devant le but et un type charmant

À son arrivée, dans une équipe entraînée par le Français Patrice Carteron, Adama Traoré prend ses marques. Le jeune international malien (également depuis 2013) se contente d’un statut de remplaçant et de quelques entrées lors desquelles il se montre régulièrement percutant. « Il débarquait dans un grand club, où il y avait des joueurs internationaux, dont certains étaient là depuis plusieurs années. Alors, il a travaillé, montré sa valeur et est logiquement devenu un joueur de plus en plus utilisé », raconte Mihayo.

Le calendrier chargé du TP Mazembe, engagé dans des compétitions continentales et domestiques, permet à l’attaquant de bénéficier d’un temps de jeu conséquent. « Quand je suis arrivé au club en janvier 2016, Adama Traoré était un des joueurs majeurs de l’effectif, affirme l’entraîneur français Hubert Velud. C’est un joueur véloce, puissant, percutant, assez adroit devant le but, et humainement un type charmant, discret, peu bavard. C’est peut-être cette timidité qui l’a en partie perturbé quand il est arrivé en France. »

Un club européen plus réputé ?

Son expérience au FC Metz, qui le recrute en 2018, tourne en effet au fiasco. Très peu utilisé en Ligue 2 puis en Ligue 1 lors de la remontée du club, il est même prêté quelques mois à Orléans (L2) puis à Al-Adalah, en Arabie Saoudite. « Il n’a pas réussi à s’imposer en France, alors qu’il avait les qualités pour le faire. Peut-être a-t-il connu des problèmes d’adaptation ? A-t-il fait tous les efforts de son côté ? » s’interroge Mihayo.

Son club a battu le Real Madrid lors de la phase de groupes de la Ligue des Champions

La carrière de Traoré va cependant prendre un nouvel essor avec son transfert au Sheriff Tiraspol, en Moldavie, en janvier 2021. Depuis son arrivée dans cette ex-république soviétique, l’ailier malien évolue au sein d’un effectif cosmopolite fort de dix-huit nationalités dont quelques Africains francophones venus du Niger, de Guinée et de Côte d’Ivoire. Le club, qui domine outrageusement le football moldave, a même atteint la phase de groupes de la Ligue des Champions, où il s’est offert le luxe de battre le Real Madrid (2-1) en Espagne.

Les bonnes performances de Traoré sur la scène européenne pourraient lui permettre d’attirer l’attention de formations plus réputées l’été prochain. « Je pense que ce passage en Moldavie lui fait du bien, estime Hubert Velud. Il joue, a la confiance de son entraîneur et bénéficie de l’exposition de son club. Ce sera peut-être dans quelques mois le moment pour lui de viser plus haut et d’évoluer dans un championnat plus relevé. »