Économie

Cameroun : « Parcours ouvert », l’atout mobile de l’Ucac-Icam à Douala

Réservé aux abonnés
Par - Envoyée spéciale à Douala
Mis à jour le 14 janvier 2022 à 15:56

« Parcours ouvert » introduit une nouvelle approche, celle de la méthode PBL – Problem Based Learning (Apprentissage par problèmes), insistent les responsables de cette formation. © DR

Cette offre permet aux élèves ingénieurs de se former à l’étranger (France, Brésil, Équateur…). Leur mobilité internationale démarrera cette année.

Dans le campus de Douala-Yansoki, au sein du bâtiment pédagogique construit sur trois niveaux, équipé d’une centrale solaire et d’un amphithéâtre d’une capacité de 220 places, les étudiants du « Parcours ouvert » de l’Institut Ucac-Icam échangent sur un ton animé.

Née en 2018, cette formation d’ingénieur généraliste offre à ses élèves la possibilité d’étudier en étant, notent les responsables pédagogiques de l’institut, « acteur de leurs apprentissages dans un environnement interculturel » au sein du campus de Douala ; mais aussi, à la fin du premier cycle, de poursuivre cet apprentissage de façon pratique dans l’un des campus de l’Icam : à Grand Paris Sud, dans la ville de Lieusaint, en Île-de-France, ou à Quito (Équateur), Recife (Brésil) et, dès février 2022, à Cochin (Inde).