Économie

Automobile : les ambitions de la Côte d’Ivoire en Afrique de l’Ouest

En lançant une unité de montage de bus à Abidjan, un investissement de près de 70 millions d’euros, le groupe franco-italien Iveco parie sur la production locale à destination du marché ivoirien et, à terme, sous-régional.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 11 janvier 2022 à 17:31

Patrick Achi à Abidjan, le 4 septembre 2019. © Thierry Gouegnon/REUTERS

Produire des minibus « made in Côte d’Ivoire ». C’est ce que va faire l’unité d’assemblage lancée le 10 janvier par le constructeur automobile franco-italien Iveco Group, via sa filiale bus, avec son partenaire de longue date, la Société des transports abidjanais (Sotra), entreprise créée en 1960, aujourd’hui détenue à 60 % par l’État ivoirien et à 40 % par Iveco Bus.

Implantée sur le site de Sotra Industries, dans le quartier de Koumassi, dans le sud de la capitale économique ivoirienne, la chaîne de montage, qui représente un investissement de 45 milliards de F CFA (69 millions d’euros), a une capacité de production de 1 000 véhicules (de type bus de 18 à 26 places) par an, avec la possibilité de produire différents modèles (autobus, ambulances, véhicules de transport de troupes pour les forces de sécurité, camions de chantier) commercialisés sous la marque Daily Ivoire.

À Lire Côte d’Ivoire : 165 millions d’euros pour « industrialiser » Yamoussoukro

L’exportation régionale, objectif affiché