Politique

Covid-19 : la Tunisie est-elle prête à affronter le variant Omicron ?

Réservé aux abonnés
Par - à Tunis
Mis à jour le 10 janvier 2022 à 16:41

Le président Kaïs Saïed remerciant des soldats pour leur aide dans la lutte contre le Covid-19, lors d’une visite dans un centre de vaccination à Radès, dans la banlieue sud de la capitale. © AFP

Le nombre de cas de Covid-19 continue d’augmenter malgré l’instauration d’un passe vaccinal. La Tunisie doit-elle craindre une vague de contaminations au variant Omicron ?

« 200 000 nouveaux cas dans les quinze jours. » C’est la prévision inquiétante d’un membre du Comité scientifique de lutte contre le coronavirus, le docteur Riadh Daghfous. Un chiffre annoncé ce 10 janvier et qui semblait inéluctable au vu du relâchement graduel après la levée du couvre-feu, le 24 septembre 2021, et la reprise du travail en présentiel. Alors que le 29 décembre, la Tunisie n’enregistrait aucun cas de Covid-19, 2579 ont été recensés ce 9 janvier.

Le nombre insuffisant de personnes vaccinées fait craindre une hausse des hospitalisations

La riposte vaccinale a quelque peu jugulé la poussée pandémique de juillet et août 2021. Les Tunisiens pensaient que le pire était derrière eux. Depuis le début de la crise, le virus a fait 25 665 décès, avec une moyenne de 7000 infections par jour en période de pointe. Une situation difficilement soutenable pour un pays de 12 millions d’habitants.

Face à la pandémie, les gouvernements successifs ont opté pour des mesures de prévention timides afin de ne pas impacter des pans de l’économie. Mais le Covid-19 a fini par prendre le dessus, et il a fallu que le président Kaïs Saïed alerte les pays amis pour obtenir en urgence de l’oxygène et des équipements médicaux.