Le président Patrice Talon au palais de la Marina, à Cotonou, lors de la cérémonie de retour des œuvres sacrées restituées par la France, le 10 novembre 2021. © YANICK FOLLY/AFP

Cet article est issu du dossier

Bénin : Patrice Talon, omniprésident sur tous les fronts

Voir tout le sommaire
Politique

Bénin : Joël Aïvo et Reckya Madougou espèrent une solution politique

En décembre, les deux opposants ont été condamnés respectivement à dix et vingt ans de prison. Ils ont choisi de ne pas faire appel. Quelles sont les perspectives pour eux ?

Réservé aux abonnés
Par - à Cotonou
Mis à jour le 6 février 2022 à 12:13

L’ancienne garde des Sceaux, Reckya Madougou. © Clement Tardif

Cela va bientôt faire un an que Reckya Madougou et Joël Aïvo sont derrière les barreaux. Le destin de la première, ancienne garde des Sceaux sous Boni Yayi, a basculé le 3 mars 2021, en pleine campagne électorale à quelques semaines de la présidentielle, à laquelle elle se présentait sous la bannière du parti Les Démocrates (LD). Le 11 décembre, à l’issue d’un procès au cours duquel elle a clamé son innocence, l’ex-ministre de la Justice a été reconnue coupable de « financement du terrorisme » et condamnée à vingt ans de prison ferme. Quant à l’universitaire Joël Aïvo, interpellé et incarcéré depuis le 15 avril 2021, il a été condamné le 7 décembre à dix ans de réclusion pour « atteinte à la sûreté de l’État », bien que ses avocats aient dénoncé « un dossier vide dans le fond » et une « procédure approximative ».

Grâce présidentielle ?