Société
Vente de maillots de l’équipe de football du Cameroun à Yaoundé, le 5 janvier 2022 © DANIEL BELOUMOU OLOMO/AFP

Cet article est issu du dossier

CAN : la fête du foot africain (enfin) célébrée au Cameroun

Voir tout le sommaire
Société

Cameroun : avec la CAN, Paul Biya a peut-être une chance d’unir le pays

Après cinquante ans d’absence, la Coupe d’Afrique des nations fait son grand retour au Cameroun. Une occasion de retrouver un semblant d’unité nationale, si tout se passe bien.

Mis à jour le 28 janvier 2022 à 17:46

Le président camerounais et la première dame, Chantal Biya, saluent la foule venue assister au premier match de la CAN dans le stade Paul-Biya d’Olembé, à Yaoundé, le 9 janvier 2022. © REUTERS/Mohamed Abd El Ghany

Au pouvoir depuis quarante ans, Paul Biya, 88 ans, est connu pour ne pas aimer les apparitions publiques. Il a pourtant occupé brièvement le devant de la scène lors de la cérémonie d’ouverture de la 33e Coupe d’Afrique des nations (CAN), qui s’est déroulée dimanche 9 janvier. Le cortège du président est en effet entré dans le nouveau stade qui porte son nom pour en longer la piste d’athlétisme, lui-même et la première dame, Chantal Biya, saluant par le toit ouvert. Il a ensuite prononcé un discours de quelques phrases seulement pour lancer officiellement le début du tournoi.

À Lire CAN : le Sénégal remporte le titre, les Lions de la Teranga au sommet

Il y a dix jours, à l’occasion du Nouvel An, Paul Biya avait eu plus à dire, présentant la CAN comme la partie d’un grand plan de développement des infrastructures, avant d’appeler ses « chers Lions indomptables à tout mettre en œuvre pour qu’ils terminent cette fête en beauté le soir du 6 février 2022 ».

Un optimisme qui contrastait toutefois avec le cœur du discours, axé sur la désunion nationale. « Beaucoup de nos compatriotes restent dans les rangs des groupes armés, a-t-il souligné. Ils continuent de se livrer à des activités criminelles, multiplient les attaques à l’aide d’engins explosifs improvisés et les meurtres de civils non armés. Le récent assassinat de trois étudiants et d’un enseignant du lycée bilingue Ekondo Titi est venu s’ajouter à la longue liste de leurs exactions et atrocités. »


L’attentat perpétré dans la région du Sud-Ouest en novembre 2021 est venu rappeler que la crise anglophone, qui dure depuis cinq ans, n’est toujours pas résolue. Si cela n’a pas cette fois privé le Cameroun du statut d’organisateur de la compétition, l’humiliation subie lorsque la Confédération africaine de football (CAF) avait décidé, en 2018, de retirer le tournoi à Yaoundé et de le confier à l’Égypte pour l’édition 2019 reste encore vive. Les retards dans les préparatifs et la crise de l’Ambazonie avaient joué un rôle central.

Entraînements à Buea

Cette année, la politique n’a pas modifié l’itinéraire du groupe F – la Tunisie, le Mali, la Mauritanie et la Gambie –, qui doivent toujours s’entraîner à Buea, la capitale régionale du Sud-Ouest. Par ailleurs, huit matchs seront disputés dans la région côtière de Limbé, où une explosion a été signalée pas plus tard que le 5 janvier et où la sécurité est renforcée. Un tournoi sans incident majeur renforcerait la position officielle des autorités, selon laquelle le pire est passé.

Si le Cameroun se qualifie pour la finale au stade Paul-Biya, situé dans la banlieue de Yaoundé, les détracteurs de cette installation de 300 millions de dollars pourront toujours dénoncer le coût total du tournoi. Environ 700 millions de dollars ont été investis dans les stades et les routes. Mais le succès de l’équipe nationale à domicile tend à noyer la voix de l’opposition. Dimanche dernier, les Lions se sont remis de leur défaite contre le Burkina Faso (0-1) en profitant de deux penalties concédés à la hâte pour s’imposer 2-1.

Mes frères, je suis de Bamenda

Le Cameroun n’a pas accueilli le tournoi depuis 1972 – à l’époque, il ne comptait que huit équipes réparties en deux groupes – et possède un formidable bilan à domicile en matière de compétitions. La récente défaite de la Côte d’Ivoire dans la lutte pour la qualification à la Coupe du monde a encore accru les attentes.

En 2017, une jeune équipe de Lions qui ne suscitait guère l’enthousiasme au départ avait battu le Sénégal, le Ghana et l’Égypte, remportant le cinquième titre de champion d’Afrique du pays de manière spectaculaire. Un but tardif de Vincent Aboubakar à Libreville avait scellé un tournoi par ailleurs assez plat. La victoire du Cameroun avait également eu une résonance politique. La semaine suivante, le gardien de but Fabrice Ondoa avait exprimé à la télévision sa solidarité avec la minorité anglophone du pays. « Mes frères, je suis de Bamenda », avait déclaré la star francophone, dédiant cette victoire à la ville anglophone du Nord-Ouest dans une époque de répression continue.

À Lire Cameroun, Algérie, Sénégal, Côte d’Ivoire… qui peut gagner la CAN ?

Depuis ce titre, l’équipe n’a en revanche pas progressé de manière significative et a été éliminée en huitième de finale en Égypte lors de sa dernière sortie. L’Algérie, championne en titre, et le Sénégal sont un cran au-dessus en matière de forme .

L’ombre du Covid-19

La plus grande menace planant sur la CAF pourrait bien venir du Covid-19. Le tournoi, qui a vigoureusement résisté aux appels au report, doit maintenant faire face à des problèmes de santé publique, à un régime de tests complexe et, inévitablement, à des absences dans les rangs des joueurs.

Peut-être les risques s’amenuiseront-ils une fois que les équipes entrées dans le pays auront séjourné un certain temps dans leurs bulles respectives. Mais le Sénégal est déjà durement touché, avec neuf joueurs testés positifs – dont Edouard Mendy (Chelsea) et Kalidou Koulibaly (Naples) – quelques jours seulement avant son premier match contre le Zimbabwe, lundi 10 janvier. Le Gabon, le Malawi, la Côte d’Ivoire et la Tunisie ont également vu leur préparation perturbée par de nouveaux cas.

À Lire CAN : le Cameroun sur le pied de guerre face au Covid

Avec seulement 2,5 % de la population doublement vaccinée, les spectateurs sont contrôlés de près. Selon la CAF, « les supporters ne peuvent entrer dans les stades que s’ils sont complètement vaccinés et s’ils sont en mesure de présenter un résultat négatif au test PCR ne datant pas de plus de 72 heures ou un résultat négatif au test antigénique ne datant pas de plus de 24 heures. » Lors des matchs du Cameroun, la capacité d’accueil est limitée à 80 % pour faciliter la distanciation sociale, et celle de toutes les autres rencontres est plafonnée à 60 %.

Samuel Eto’o, la véritable star du tournoi

Si le nom du chef de l’État figure sur le stade, la figure de proue de cette édition sera sans nul doute le nouveau président de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), Samuel Eto’o. Le quadruple « footballeur africain de l’année », double vainqueur de la CAN, a misé sa réputation sur le bon déroulement du tournoi et sur une nouvelle ère pour le football national, en difficulté. Il était à l’avant-garde de la résistance au report à la fin de l’année dernière et a lancé un avertissement aux voix européennes qui cherchent à saper la crédibilité de la CAF.

À Lire Cameroun : comment Samuel Eto’o a conquis la Fecafoot

« La fédération que je représente défendra fermement la compétition, a-t-il déclaré. Les matchs de l’Euro se sont déroulés au milieu de la pandémie avec des stades pleins. Pourquoi ne pourrions-nous pas jouer ? » Malgré toutes les questions politiques et les problèmes actuels, il n’y a une fois de plus aucune réponse convaincante à cette question.