Politique
L’Hotel Fleuve Congo, à Kinshasa.

Cet article est issu du dossier

Les lieux secrets du pouvoir

Voir tout le sommaire
Politique

En Côte d’Ivoire, le mystérieux temple des francs-maçons

Réservé aux abonnés
Par - à Abidjan
Mis à jour le 14 janvier 2022 à 11:44

La Franc-maçonnerie est présente en Côte d’Ivoire depuis les années 1930 © GettyImages

« Dans les lieux secrets du pouvoir » (3/4). Si les palais présidentiels sont les symboles de la puissance des chefs d’État, d’autres édifices jouent un rôle primordial. Comme cette discrète villa d’Abidjan, qui abrite le siège de la Grande loge de Côte d’Ivoire.

Le ballet des grosses cylindrées commence à la nuit tombée. Plusieurs fois par semaine, il exécute sa chorégraphie. Avec le temps, les riverains s’y sont fait. Ils ont remarqué la présence de gardes du corps, les gyrophares et les plaques d’immatriculation officielles, reconnu certains visages aussi. Leurs interrogations, elles, demeurent. Que se passe-t-il à l’intérieur de cette bâtisse blanche ? À l’entrée, un seul indice permet d’aiguiller les initiés : deux grandes colonnes ornées de lettres représentant des noms maçonniques.

Nous sommes à Bietry, un quartier chic de la commune de Marcory, à Abidjan. C’est ici, dans cette villa au premier abord très ordinaire, que se trouve le temple de la Grande loge de Côte d’Ivoire (GLCI). Il n’est pas l’unique du pays – la GLCI en possède dans chacune de ses quatre provinces –, mais c’est le principal. Un lieu aussi secret que la puissante institution qu’il accueille. Chaque jour, au moins une loge y tient une réunion rituelle appelée « tenue ». Des rencontres administratives y sont également organisées, tout comme les « agapes », sortes de banquets rituels, confiés à un traiteur « maison ».

Pratiques fantasmées