Cet article est issu du dossier

Le Mali face aux sanctions de la Cedeao

Voir tout le sommaire
Politique

Le Mali va-t-il écoper de lourdes sanctions économiques ?

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 8 janvier 2022 à 21:26

Assimi Goïta, le président de la transition malienne, le 24 août 2020, à Bamako. © AP Photo/Baba Ahmed

En affirmant vouloir prolonger la transition de cinq années supplémentaires, les autorités maliennes se sont aliéné une large partie de la communauté internationale. Les dirigeants de la Cedeao, qui se réunissent dimanche à Accra, n’excluent pas de sévir.

Pas moins de quatre pays visités en quelques jours et des rencontres avec plusieurs dirigeants ouest-africains. L’année démarre sur les chapeaux de roues pour Abdoulaye Diop. À la veille d’un sommet capital de la Cedeao sur la transition au Mali, qui doit se tenir le dimanche 9 janvier à Accra, le ministre malien des Affaires étrangères use de tous les canaux pour tenter de convaincre la sous-région d’accepter la feuille de route proposée le 31 décembre à l’issue des « assises nationales de la refondation », par le président Assimi Goïta.

« Un quinquennat »

Ce chronogramme, décliné sous la pression de la Cedeao qui, depuis le mois d’octobre, demandait à Bamako de clarifier ses intentions, ne répond pas aux engagements pris par les putschistes dans la charte de la transition adoptée en septembre 2020. Sans surprise, les dirigeants ouest-africains sont en total désaccord avec l’allongement de la transition et avec ces cinq années supplémentaires, que beaucoup comparent déjà à « un quinquennat ».