Société

Cet article est issu du dossier

CAN : la fête du foot africain (enfin) célébrée au Cameroun

Voir tout le sommaire
Sponsor image
Société

CAN : André Onana, Sébastien Haller, Bamba Dieng… Les six joueurs qu’il faudra suivre

Mis à jour le 10 janvier 2022 à 18:39

Jeune Afrique a sélectionné six joueurs particulièrement prometteurs, à observer de près lors de la CAN 2022. © Montage JA : Anthony Bibard/FEP/Icon Sport via Getty Images ; Jed Leicester//Sipa ; Ozan Kose/AFP ; Chris Brunskill/Fantasista/Getty Images ; Issouf Sanogo/AFP ; James Williamson/AMA/Getty Images

À chaque phase finale de la Coupe d’Afrique des nations, certains joueurs sont plus surveillés que d’autres. Pour eux, c’est l’occasion de se révéler, de confirmer leur statut, ou encore de briller de nouveau.

André Onana (Cameroun)

André Onana, le gardien des Lions Indomptables.

André Onana, le gardien des Lions Indomptables. © Action Foto Sport/NurPhoto via AFP

Le gardien de but des Lions Indomptables et de l’Ajax Amsterdam s’est retrouvé sur la touche durant la majeure partie de l’année 2021. Contrôlé positif lors d’un contrôle antidopage le 30 octobre 2020, André Onana (26 ans) avait expliqué avoir pris « par erreur » un diurétique appartenant à sa femme. Un argument qui n’avait pas convaincu la Fifa, laquelle l’avait suspendu pour un an, le 5 février dernier, une peine ensuite ramenée à neuf mois par le Tribunal arbitral du sport (TAS).

Le joueur formé au FC Barcelone a repris du service avec sa sélection au mois de novembre, lors du match capital face à la Côte d’Ivoire (1-0)  dans la cadre des qualifications pour la Coupe du monde 2022, qui a permis aux Lions de valider leur présence au troisième tour.

Onana, qui devrait quitter l’Ajax l’été prochain, sera sans conteste l’un des principaux atouts du Cameroun, considéré comme l’un des favoris de la CAN. Il s’est montré performant depuis son retour, malgré de longs mois passés à s’entraîner seul. Et semble vouloir tirer un trait sur sa mésaventure qui lui a fait perdre près d’un an, une éternité dans une carrière de haut niveau.

Sébastien Haller (Côte d’Ivoire)

Sébastien Haller, attaquant des Éléphants.

Sébastien Haller, attaquant des Éléphants. © Fédération ivoirienne de football

Né en France d’un père français et d’une mère ivoirienne, Sébastien Haller (27 ans) a fait le choix de jouer pour les Éléphants en novembre 2020, alors qu’il avait porté le maillot Bleu dans les différentes sélections de jeunes. Passé par Auxerre, le FC Utrecht (Pays-Bas), l’Eintracht Francfort (Allemagne) et West Ham United (Angleterre), l’attaquant est revenu aux Pays-Bas – plus précisément à l’Ajax Amsterdam – en janvier 2021.

Chez les Lanciers, l’international ivoirien (8 sélections, 3 buts) s’est particulièrement illustré,  notamment lors de la phase de groupes de la Ligue des Champions où il a inscrit 10 buts en 6 matchs.

Patrice Beaumelle, le sélectionneur français de la Côte d’Ivoire à l’origine de la décision du buteur de jouer pour le pays de sa mère, se félicite tous les jours d’avoir su le convaincre. « Il a accepté de venir car il en avait envie, ce n’était pas un choix par défaut. Il s’est bien adapté ; c’est un joueur qui apporte déjà beaucoup à la Côte d’Ivoire et qui va continuer à le faire lors des prochaines années. »

Hannibal Mejbri (Tunisie)

Hannibal Mejbri, milieu de terrain des Aigles de Carthage.

Hannibal Mejbri, milieu de terrain des Aigles de Carthage. © KARIM JAAFAR/AFP

C’est le 23 mai 2021, à l’occasion d’un match amical remporté par la Tunisie face à la RD Congo (1-0), qu’Hannibal Mejbri a porté pour la première fois le maillot des Aigles de Carthage. Il aurait pu également faire le choix de jouer pour la France, le pays où il est né en janvier 2003. Depuis cette première sélection, le jeune milieu de terrain a été régulièrement sollicité par Mondher Kebaier, le coach tunisien.

Formé à l’INF Clairefontaine puis passé par Monaco – sans n’avoir jamais évolué en Ligue 1 –, Mejbri a rejoint le prestigieux club anglais de Manchester United en 2019 pour un montant – bonus compris – d’environ 10 millions d’euros. En mai dernier, il a effectué ses débuts en Premier League anglaise et, même s’il joue essentiellement pour l’équipe des moins de 21 ans des Red Devils, Ralf Rangnick, le nouvel entraîneur, semble bien décidé à mettre plus souvent à profit son talent.

Le technicien allemand s’est dit impressionné par le jeune joueur, auteur de brillantes performances avec son pays lors de la Coupe arabe des nations en décembre dernier, où les Aigles ont atteint la finale contre l’Algérie (0-2).

Bamba Dieng (Sénégal)

Bamba Dieng, attaquant des Lions de la Téranga.

Bamba Dieng, attaquant des Lions de la Téranga. © Anthony Bibard/FEP/Icon Sport via Getty Images

L’Olympique de Marseille peut se réjouir d’avoir noué un étroit partenariat avec Diambars, le très réputé centre de formation sénégalais d’où est notamment sorti l’international  Idrissa Gueye, le milieu de terrain du PSG. Lors du mercato estival 2021, le club phocéen a recruté pour une somme très raisonnable – 400 000 euros – le prometteur attaquant Bamba Dieng (21 ans), que Diambars avait prêté à l’OM lors de la saison 2020-2021.

Remarqué en Ligue 1 et en Ligue 2 sénégalaise, le joueur s’est assez rapidement adapté à son nouvel environnement, comme le prouvent les quelques buts qu’il a inscrits en championnat (4) et en Coupe de France (1) depuis son arrivée dans l’Hexagone.

Aliou Cissé, le sélectionneur des Lions de la Teranga, l’a convoqué pour la première fois en octobre dernier, lors des qualifications pour la Coupe du monde 2022, avec comme objectif avoué de préparer un avenir radieux que le natif de Pikine incarne. Et même si Dieng n’est pas encore un titulaire à part entière, ses apparitions au Cameroun seront forcément suivies de près, puisque plusieurs clubs européens se sont déjà penchés sur son profil.

Saïd Benrahma (Algérie)

Saïd Benrahma, attaquant des Fennecs.

Saïd Benrahma, attaquant des Fennecs. © Adil Benayache/SIPA

À 26 ans, l’attaquant algérien Saïd Benrahma est l’une des très bonnes surprises de la première moitié de la saison en Angleterre. Le joueur de West Ham United aligne les bonnes performances, et Djamel Belmadi, le sélectionneur des Fennecs, le tient en haute estime. Il est aussi l’un des rares internationaux algériens à être né dans son pays, à Aïn Temouchent. Mais c’est toutefois en France, où il est arrivé à l’âge de 15 ans, qu’il a été formé, et plus précisément à l’OGC Nice.

Souvent prêté (Angers, GFC Ajaccio, Châteauroux) et rarement utilisé par Nice, Benrahma a vu sa carrière décoller lors de son transfert en 2018 à Brentford, un modeste club anglais de Championship (Ligue 2). Rapidement repéré par West Ham, l’Algérien a vite conquis les supporters des Hammers.

Avec l’Algérie, il a inscrit son premier but international en novembre dernier, lors d’une large victoire des champions d’Afrique en titre face à Djibouti (4-0), dans le cadre des qualifications pour la Coupe du monde 2022.

Ayoub El Kaabi (Maroc)

Ayoub El Kaabi, attaquant des Lions de l’Atlas.

Ayoub El Kaabi, attaquant des Lions de l’Atlas. © Robbie Jay Barratt – AMA/Getty Images

Il est l’un des attaquants les plus en forme de ces dernières semaines. Ayoub El Kaabi (27 ans) a terminé deuxième meilleur buteur du second tour des qualifications pour la Coupe du monde 2022 (5 buts) de la zone Afrique, et le Marocain se montre également efficace avec son club d’Hatayspor (Turquie), qu’il a rejoint lors du dernier mercato estival.

Le Casablancais s’était fait connaître lors de la saison 2017-2018, en collectionnant les buts avec la Renaissance Sportive de Berkane et avec la sélection nationale marocaine, avec laquelle il avait remporté le Championnat d’Afrique des Nations organisé par le royaume. Auteur de 9 buts lors de cette compétition, El Kaabi avait quelques mois plus tard signé un juteux contrat avec le club chinois de Hebei Fortune, où ses performances ne furent cependant pas à la hauteur de l’investissement consenti.

Revenu au Maroc, et plus précisément au WAC Casablanca, l’attaquant s’y est refait une santé avant de s’exiler de nouveau, en Turquie. Et Vahid Halilhodzic, le sélectionneur des Lions de l’Atlas, comptera beaucoup sur son efficacité au Cameroun.