Économie

Avec Mareme Dieng, l’investisseur californien 500 Global voit plus grand en Afrique

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 13 janvier 2022 à 14:27

La Sénégalaise Marème Dieng, de 500 Globa. © DR

Recrutée il y a un an, la trentenaire originaire de Dakar nourrit l’intérêt du pionnier du capital-risque américain, au point de songer au développement d’une présence africaine en 2022. Jeune Afrique l’a rencontrée.

L’un des plus influents fonds de capital-risque de la Silicon Valley est en train d’intensifier son engagement en Afrique. Sous l’impulsion de la Sénégalaise Mareme Dieng, en poste depuis janvier 2021, l’investisseur 500 Global (ex-500 Startups) est bien décidé à tirer parti de l’engouement actuel pour les jeunes pousses du continent. En 2021, ces dernières ont levé un total de 4,9 milliards de dollars à travers 740 transactions (soit 2,5 fois plus qu’en 2020), selon de récentes estimations du cabinet de conseil Briter Bridges.

Créé en 2010 par Christine Tsai, ex-cadre de Google, et Dave McClure, vétéran de l’investissement dans les start-up et ex-directeur marketing de Paypal, 500 Global investit des tickets compris entre 100 000 et 150 000 dollars dans de très jeunes entreprises. L’entreprise américaine revendique 1,8 milliard de dollars d’actifs sous gestion et estime que les entreprises dans lesquelles elle s’est engagée sont actuellement valorisées à 296 milliards de dollars. 500 Global estime avoir « soutenu plus de 6 000 fondateurs représentant plus de 2 500 entreprises opérant dans 77 pays ». Parmi elles une trentaine d’entreprises dont la valorisation a fini par dépasser 1 milliard de dollars et une centaine d’autres évaluées à plus de 100 millions de dollars.

Une organisation décentralisée