Politique

Côte d’Ivoire : les deux premières résolutions d’Alassane Ouattara pour 2022

Le président ivoirien projette de remanier le gouvernement et les structures de son parti dès le mois de janvier. Voici le détail de ses intentions.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 30 décembre 2021 à 17:17

Alassane Ouattara au Forum sur la paix organisé à Paris, le 11 novembre 2021. © Christophe Ena/AP/SIPA

Pour débuter l’année 2022, le chef de l’État ivoirien, Alassane Ouattara, a décidé d’opérer deux importants changements. Le premier concerne le gouvernement dirigé par Patrick Achi, qu’il souhaite remanier dès le mois de janvier. Lors d’un conseil des ministres réuni en décembre, il a d’ores et déjà informé le Premier ministre et les autres participants de son intention.

Ce gouvernement avait été mis en place le 6 avril 2021, au lendemain des élections législatives, et quelques mois après la présidentielle d’octobre 2020. Il se voulait donc très politique. Mais il compte 41 ministres et secrétaires d’État et est désormais jugé pléthorique par le président ivoirien, qui n’est pas satisfait par l’efficacité de certains de ses membres.

Cure d’amaigrissement

Alassane Ouattara souhaite désormais un gouvernement plus technocratique et plus resserré. Il envisage une équipe de seulement 27 à 30 personnes, choisies sur le seul critère de leur compétence. Certains portefeuilles seront fusionnés et une dizaine de ministres seront contraints de quitter leur fonction.

Afin de gagner encore en efficacité, le président ivoirien souhaite qu’un poste de secrétaire général soit instauré dans chacun des ministères afin d’assurer une continuité lors du changement de ministre. Les nouveaux responsables seront proposés par la Primature et nommés par décret présidentiel. Cette réforme avait été actée par Amadou Gon Coulibaly, mais l’ancien Premier ministre, décédé en juillet 2020, n’avait pas eu le temps de la mettre en place.

Remobiliser le RHDP

Le président ivoirien souhaite également réformer son parti, le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP). Après la direction exécutive, qui était aux mains d’Adama Bictogo, ce sont les coordonnateurs régionaux qui vont disparaître. Ils seront remplacés par des secrétaires politiques, au nombre de 27, qui s’appuieront sur les secrétaires départementaux afin de relancer la mobilisation des militants.

À Lire Côte d’Ivoire : ce que Alassane Ouattara a décidé pour le RHDP

Alassane Ouattara n’est en effet pas pleinement satisfait du RHDP, mis sur pied en 2018, du temps de l’alliance avec le PDCI d’Henri Konan Bédié. Sur environ 10 000 sections de base annoncées, seules 5 000 environ sont fonctionnelles et elles reposent essentiellement sur celles de l’ex-Rassemblement des républicains (RDR) fondé par Alassane Ouattara.

Tous ces changements doivent être opérés à la mi-janvier, après le retour du président qui doit effectuer un séjour privé en France, notamment dans sa résidence de Mougins, au début de l’année.