Politique
FBL-AFR-2017-FEATURE-BLACK AND WHITE A picture shows a girl holding an umbrella as a man somersaults at a beach in Libreville on the sidelines of the 2017 Africa Cup of Nations football tournament on January 15, 2017.
© GABRIEL BOUYS/AFP

Cet article est issu du dossier

Gabon : après le pétrole, des idées ?

Voir tout le sommaire
Économie

Après le Gabon, Michel Ghandour Moussavou vise la sous-région

Malgré la forte concurrence dans le secteur du BTP gabonais, la patronne de Coprim tire son épingle du jeu et veut diversifier ses activités.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 28 décembre 2021 à 16:10

Michel Ghandour Moussavou, fondatrice de la Compagnie pour la construction et la promotion immobilière (Coprim). © DR

La fondatrice de la Compagnie pour la construction et la promotion immobilière (Coprim) n’est pas peu fière de la réhabilitation du lot 4 de la route d’Alibandeng, dans le 1er arrondissement de Libreville.

À Lire Gabon : Vanessa Adande, la copilote des PME

« Cela a représenté un vrai défi. Mais, en dépit des contraintes liées au Covid-19, nous avons réussi à paver la totalité des tronçons routiers qui nous ont été confiés cette année », s’enorgueillit Michel Ghandour Moussavou.

À Lire La Transgabonaise réussira-t-elle à désenclaver Libreville ?

Dans le très concurrentiel secteur du BTP gabonais, la société tire son épingle du jeu dans la construction de routes, la fabrication et la pose de pavés. Parmi ses chantiers, le pavage des rues de Mouila, en 2009, demeure un beau souvenir pour l’entrepreneuse : « J’en serai toujours fière, car ce fut non seulement un challenge, mais aussi ma contribution au développement de ma ville natale.»

Immobilier et galeries marchandes

La businesswoman, diplômée de l’École nationale des assistants sociaux et éducateurs spécialisés (Enaes) de Dakar, dit tirer sa fibre entrepreneuriale de son père, Ghandour Moussa Hassib, qui avait développé ses activités dans le BTP, le logement et l’alimentaire. « C’est à ses côtés que j’ai appris les affaires, la rigueur dans le travail et le goût des challenges », confie-t-elle.

À Lire Gabon : Georgette Eyeghe Ngoua, la bâtisseuse de Libreville

La chef d’entreprise a aussi bénéficié du soutien de Tounkara Moussa, un ami de son père, qui lui a octroyé 30 millions de F CFA pour se lancer, une manne venue complétée ce qu’elle avait engrangé dans la lucrative activité de la vente de meubles.

À Lire Gabon : Santullo, enquête sur un scandale d’État

Cette passionnée de musique congolaise, qui aime aussi Bach et Beethoven, se fixe désormais l’Afrique centrale pour horizon. Et, en attendant de décrocher des chantiers dans la sous-région, elle envisage d’élargir ses activités à l’immobilier et au développement de galeries marchandes.