Économie

Togo : financement de projets et clientèle traditionnelle, le double pari de Bonkoungou avec IB Bank

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 24 décembre 2021 à 16:05

Mahamadou Bonkoungou, patron du groupe Ebomaf © Groupe Ebomaf

En reprenant la Banque togolaise pour le commerce et l’industrie (BTCI), le magnat burkinabè Mahamadou Bonkoungou veut répliquer dans le secteur bancaire la réussite qu’il a bâtie avec Ebomaf dans le domaine du BTP.

C’est dans les locaux du ministère togolais des Finances que l’argentier du pays, Sani Yaya, et les équipes de IB Holding, dirigé par le banquier marocain Nabil Tahari, ont conclu le 20 décembre le contrat de cession de l’historique Banque togolaise pour le commerce et l’industrie (BTCI).

Une signature réalisée sous le regard attentif de Mahamadou Bonkoungou, fondateur d’IB Holding, mais loin des caméras des journalistes.

Ce passage de témoin consacre la prise de contrôle à hauteur de 90 % de la BTCI par le magnat burkinabè du BTP entré dans le monde bancaire ; le reliquat de 10 % du capital restant dans les mains de l’État togolais.

Force historique