Économie

Mauritanie : Tunisie Télécom va-t-il vendre Mattel au profit d’Axian ? 

Le président Kaïs Saïed a donné son accord pour la vente par Tunisie Télécom de sa filiale mauritanienne, Mattel. Mais Tunis doit encore accepter la proposition du groupe du Franco-malgache Hassanein Hiridjee, sorti en pole position de l’appel d’offres.  

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 23 décembre 2021 à 12:54

Hassanein Hiridjee, le patron d’Axian. Hassanein Hiridjee ceo AXIAN ( MADAGASCAR) à RFI à Paris © bruno levy pour ja

Selon nos informations, le groupe malgache Axian, dirigé par Hassanein Hiridjee, a fait l’offre la plus élevée parmi les acquéreurs potentiels de l’opérateur télécom mauritanien Mattel, filiale de Tunisie Télécom. Sa proposition serait d’environ 100 millions d’euros. Il devance ainsi l’opérateur marocain Inwi, détenu par le holding royal Al Mada. Jugée trop basse, l’offre de Sonatel, filiale du groupe Orange, a rapidement été écartée.

À Lire Hassanein Hiridjee (Axian) : « L’Afrique ne régresse pas, elle mute » 

Outre la part de Tunisie Télécom, qui détient 51 % du capital, le nouveau propriétaire devra aussi acheter une partie ou la totalité des 24,5 % actuellement entre les mains des hommes d’affaires mauritaniens Mohamed Ould Bouamatou et Béchir Moulaye El Hassen, via leurs sociétés Télécom BSA et Comatel. Selon une source proche du dossier, ce dernier souhaiterait conserver 8 à 10 % du capital. Il a offert son soutien à Hassanein Hiridjee, personnellement présent à Nouakchott il y a quelques semaines. Proche des intérêts marocains, Mohamed Ould Bouamatou aurait lui poussé la candidature d’Inwi, conseillé par le groupe Lazard.

Obstacles à la vente

Si Tunis a donné son accord de principe à la vente de Mattel, le palais de Carthage peut toujours s’y opposer s’il juge l’offre d’Axian trop basse. La cession de Mattel devra notamment être approuvée en Tunisie par la Commission d’assainissement et de restructuration des entreprises à participation publique. En 2012, Orange avait trouvé un accord avec les actionnaires de Mattel, contre un chèque de 100 millions d’euros, avant que la vente ne soit finalement annulée.

À Lire Maroc Telecom cède du terrain à ses challengers Inwi et Orange

La crise politique qui prévaut depuis six mois en Tunisie est de nature à faire douter certains observateurs de la possibilité d’entériner cet accord. Paradoxalement, le redressement de l’opérateur, qui a retrouvé un résultat net positif fin 2019 après avoir été longtemps dans le rouge, pourrait aussi constituer un obstacle à la vente si Tunisie Télécom venait à considérer Mattel comme une source durable de profits. L’opérateur, qui occupe la deuxième place sur le marché mauritanien (30 %) de la téléphonie mobile derrière Mauritel, filiale de Maroc Télécom, dépasse en 2021 ses objectifs initiaux, porté par l’augmentation de la consommation de data de ses clients.

Sérieux candidat

Les autorités tunisiennes devraient prendre leur décision au premier semestre, ce qui permettra en outre de clarifier la situation à la tête de Tunisie Télécom. Nommée en octobre directrice générale par intérim, Syrine Tlili ne sera sans doute pas confirmée. Elyes Ben Sassi, actuel patron de Mattel, constitue un candidat sérieux pour ce poste, selon une de nos sources.

Si elle se concrétise, l’acquisition de Mattel par Axian, conseillé sur cette opération par Linkstone Capital, renforcera la présence du groupe malgache sur la façade ouest du continent, où il est déjà actif dans le secteur télécom au Sénégal et au Togo. Cette année, le groupe d’Hassanein Hiridjee a par ailleurs réalisé une importante acquisition en achetant les actifs de l’opérateur Millicom en Tanzanie. Dans l’Océan indien, il est historiquement implanté à Madagascar, mais aussi aux Comores et à la Réunion.