Société

Cet article est issu du dossier

CAN : la fête du foot africain (enfin) célébrée au Cameroun

Voir tout le sommaire
Sponsor image
Politique

Cameroun : la CAN aura bien lieu aux dates prévues

Par
Mis à jour le 10 janvier 2022 à 15:23

Patrice Motsepe, (centre droit), le président de la CAF, accompagné notamment de Samuel Eto’o (à sa droite), à la sortie de leur entretien avec le président Paul Biya, le 21 décembre 2021. © DR

La CAF n’a pas cédé aux injonctions de report de la FIFA. Après avoir rencontré Paul Biya, ce mardi 21 décembre, Patrice Motsepe, le patron du football africain a confirmé que la Coupe d’Afrique des nations se tiendra bien au Cameroun du 9 janvier au 6 février.

Face aux pressions, la Confédération africaine de football (CAF) a donc tenu bon. En milieu d’après-midi, ce mardi 21 décembre, son patron, Patrice Motsepe, a mis fin à plusieurs jours de suspense et de polémique : la Coupe d’Afrique des nations (CAN) aura bien lieu comme prévu. Les sélections africaines ont rendez-vous du 9 janvier au 6 février au Cameroun.

Lundi soir, en arrivant à Yaoundé, le président de la CAF avait déjà commencé à dévoiler ses intentions après sa visite du stade d’Olembé, où la compétition doit être lancée. « Nous serons tous présents au Cameroun dans quelques semaines. Je suis si fier du travail effectué. », avait-il déclaré. Cette décision a finalement été entérinée 24 heures plus tard, lors de la rencontre entre Paul Biya, le président camerounais et Patrice Motsepe, ce mardi après-midi.

« Je serai là le 7 janvier, et je viens pour regarder du football. Je viens pour, le 9 janvier, voir le match Cameroun-Burkina Faso. » À la sortie de l’audience, alors qu’un journaliste lui demandait si la CAN se tiendrait aux dates prévues, ce dernier l’a affirmé sans ambages : « Autant que je sois concerné, et autant que la CAF est concerné, oui. » Et d’ajouter : « Nous avons parlé d’infrastructures, des installations, et du très bon travail qui a été fait pour s’assurer que nous pourrons accueillir une CAN qui rendra le peuple du Cameroun fier, qui rendra le peuple d’Afrique fier. »

La peur d’Omicron, la colère d’Eto’o

Ces derniers jours, la tenue de la CAN s’est transformée en bras-de-fer entre la CAF et la Fédération internationale de football (FIFA). Gianni Infantino, le président de la FIFA, appuyé par l’Association européenne des clubs, avait sommé les dirigeants du football africain de reporter la CAN. La date de 2023 avait été suggérée, alors même que cette compétition a déjà été reportée. Les clubs européens ont même menacé d’empêcher leurs joueurs évoluant en Europe de se rendre au Cameroun. Officiellement, ils s’inquiètent de la propagation fulgurante du variant Omicron.

On est en train de nous traiter, comme on nous a toujours traités : nous sommes des moins que rien

Sur cet aspect sanitaire, Patrice Motsepe s’est voulu rassurant. « Nous devons identifier les problèmes et les défis. Nous devons aussi avoir confiance dans le fait que nous pouvons les surmonter et y répondre de manière responsable. Personne n’entrera dans un stade sans avoir fait un test PCR. Bien sûr, il y a des inquiétudes sur le fait qu’il y ait beaucoup de faux tests en circulation. Mais nous sommes en train de traiter ce problème », a-t-il souligné. Le Cameroun avait déjà annoncé un durcissement des mesures sanitaires. Tous les spectateurs voulant assister aux matchs devront notamment être vaccinés.

Dans ce feuilleton, la superstar et nouveau président de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), Samuel Eto’o, est en personne monté au créneau. « Je ne vois pas pourquoi [la CAN] n’aurait pas lieu », a-t-il lâché, interrogé par nos confrères de Canal+ Sport Afrique sur l’éventualité d’un nouveau report. Le ton posé, mais visiblement en colère, l’ancien international de football a affirmé que la Fecafoot « défendra avec la dernière énergie la tenue de cette Coupe d’Afrique des nations ». Et de continuer : « Pourquoi la Coupe d’Afrique des nations ne se jouerait pas ? Donnez-moi une seule raison valable ! Ou alors, on est en train de nous traiter, comme on nous a toujours traités : nous sommes des moins que rien et nous devons toujours subir »