Économie

Daniel Kablan Duncan : « La Côte d’Ivoire vous tend les bras »

Selon Daniel Kablan Duncan, le Premier ministre ivoirien, un nouveau miracle économique est envisageable. © Sia Kambou/AFP

Le Premier ministre ivoirien Daniel Kablan Duncan a ouvert le 29 janvier le forum "Investir en Côte d'Ivoire 2014". Il plaide en faveur d'un nouveau miracle économique ivoirien.

C’est le 29 janvier au matin que le Premier ministre de la République de Côte d’Ivoire a officiellement ouvert le forum ICI 2014. Au cours d’une cérémonie qui s’est tenue dans un Palais des Congrès de l’Hôtel Ivoire, plein à craquer, Daniel Kablan Duncan a déclaré qu’un « nouveau miracle économique, après celui des années 70-80, est envisageable ». Avant d’ajouter : « La Côte d’Ivoire vous tend les bras pour un partenariat gagnant-gagnant ». En l’absence d’Alassane Ouattara, annoncé dans le programme, le Premier ministre a souligné la volonté du pays de devenir « un grand hub en Afrique de l’Ouest, permettant d’accéder à un marché de 300 millions de personnes ».

Lire aussi :

Forum Investir en Côte d’Ivoire 2014 : 1500 opérateurs économiques attendus
La nouvelle édition du Africa CEO Forum est en route
Côte d’Ivoire : les pleins pouvoirs économiques pour Ouattara

3000 personnes, venues de 113 pays, sont attendues pendant ces trois journées placées sous le signe du « secteur privé, moteur de la croissance ». Peu avant le discours de Daniel Kablan Duncan, Jean Kacou-Diagou, président de la Fédération des organisations patronales de l’Afrique de l’Ouest (Fopao), Jean-Philippe Prosper, vice-président à la Société financière internationale (IFC), Donald Kaberuka, président de la Banque africaine de développement (BAD), Makhtar Diop, vice-président à la Banque mondiale et Mohammed Namadi Sambo, vice-président de la République du Nigéria s’étaient tour à tour exprimés, marquant l’importance de cet événement, dont la dernière édition remonte à 1999. En duplex depuis Paris, Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) a également adressé un mot à l’audience.

La Côte d’Ivoire « plus que fréquentable »

« Cet événement est la démonstration que la Côte d’Ivoire est devenue plus que fréquentable », s’est réjoui Mathias N’Goan, maire de Cocody, commune d’Abidjan où se tient le forum. « Votre participation massive traduit votre confiance dans le renouveau de ce pays, à lancé Jean Kacou-Diagou à l’encontre des investisseurs internationaux. Vous cherchez des réponses quant à la stabilité, la sécurité des biens et des personnes, l’impartialité de notre système judiciaire. Votre démarche est juste et, pour cela, les représentants du secteur privé ivoirien se tiennent à votre disposition. Nous sommes convaincus de l’engagement de nos autorités à mettre en place un cadre des affaires sain ». Allant dans le même sens, Donalk Kaberuka a également insisté sur l’importance de la sécurité et de la justice. « Nous mettons un point d’honneur sur les questions de gouvernance, avec une tolérance zéro », a répondu Daniel Kablan Duncan.

La croissance, ça ne se mange pas.
Makhtar Diop

Même s’il n’est pas officiellement au menu du forum ICI 2014, le thème de la gouvernance et du climat des affaires sera au cœur de nombre d’echanges. La croissance ivoirienne, qui a atteint 9,8% en 2012 et autour de 8-9% en 2013, reste en effet essentiellement portée par l’investissement public, notamment dans les infrastructures. L’objectif d’ICI 2014, qui durera jusqu’au 31 janvier, est de rassurer les opérateurs ivoiriens mais aussi internationaux sur le climat des affaires et de les informer précisément sur la stratégie de développement du pays et les opportunités d’investissement. L’objectif étant d’accélérer la croissance des investissements privés à travers le pays.

Au cours du forum, un accent particulier sera mis sur quatre sujets : les infrastructures, l’agribusiness, les énergies renouvelables et les PME. 13 conférences thématiques, une bourse des projets, des rencontres d’affaires rythmeront également ces journées. « Personne n’aurait pu croire il y a deux ans et demi que la Côte d’Ivoire en serait là où elle en est aujourd’hui », a souligné Makhtar Diop, ajoutant « la croissance, ça ne se mange pas. Ce forum a choisi des thèmes qui non seulement permettront de générer de la croissance, mais aussi de créer des emplois ».

___

Frédéric Maury, envoyé spécial à Abidjan

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte