Politique

Mali-Guinée : face aux militaires, la Cedeao sert-elle vraiment à quelque chose ?

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 22 décembre 2021 à 18:56

Sommet de la Cédéao sur la situation en Guinée, le 16 septembre 2021, à Accra © NIPAH DENNIS/AFP

Confrontée à deux transitions qui pourraient bien s’éterniser, l’organisation régionale oscille entre sanctions et négociations pour tenter de se faire entendre.

La maison, à deux pas de la corniche nord de Conakry, a le mérite d’être face à la mer. De jour comme de nuit, des blindés légers de l’armée sont stationnés devant son portail, et gare aux badauds qui s’aventureraient dans une des ruelles proches de la villa. Ils sont systématiquement fouillés et contrôlés.

Depuis qu’il a été transféré dans cette résidence du quartier de Dixinn, en banlieue de la capitale, Alpha Condé n’a pas beaucoup changé sa routine. Le président déchu lit, discute avec ses gardes, regarde la télévision. Cet accro au smartphone espère sans doute encore récupérer ses nombreux portables et avoir droit aux visites. Lui qui aimait tant recevoir dans son palais de Sékhoutouréya convives de prestige et hommes de confiance est plus isolé que jamais. Depuis cette matinée du 5 septembre où il a été sorti de son palais par Mamadi Doumbouya et ses hommes, Alpha Condé ne voit plus que son médecin personnel et son cuisinier Jérémie, d’origine togolaise.

Nouvelle maison ou nouveau lieu de détention ? Les autorités assurent que l’ex-chef de l’État « n’est pas un prisonnier ». « Il fallait bien réagir aux rumeurs qui le donnaient pour séquestré, explique un membre du gouvernement de transition. Il bénéficie de la bienveillance de Mamadi Doumbouya et jouit d’une certaine liberté de mouvement et de rencontre. Au regard de la situation, il bénéficie du meilleur traitement possible. »

Maladie contagieuse ?