Société

Koffi Olomidé condamné : la page est-elle vraiment tournée ?

La star franco-congolaise de la rumba a certes été relaxée des accusations d’agressions sexuelles, Koffi Olomidé n’en a pas moins été reconnu coupable de séquestration.

Mis à jour le 15 décembre 2021 à 17:56
Jeune Afrique

Par Jeune Afrique

© POV

Me Antoine Vey, avocat de la star congolaise, a beau estimer que le jugement prononcé en appel à l’encontre de Koffi Olomidé ouvre « la possibilité de tourner enfin la page sur cette affaire qui lui a véritablement pollué la vie pendant des années », l’éclat de l’étoile de la rumba congolaise semble durablement ternie par l’affaire.

À Lire RDC : Koffi Olomidé rattrapé par son passif

Condamné à dix-huit mois de prison avec sursis par la 7e chambre correctionnelle de la cour d’appel de Versailles, Koffi Olomidé a vu sa peine réduite – il avait été condamné à deux ans de prison avec sursis pour « atteinte sexuelle » lors du jugement en première instance, en mars 2019 – et les juges d’appel ont choisi de ne pas suivre les réquisitions du procureur, qui avait réclamé huit ans de prison à l’encontre du musicien.

Lourdes accusations

Mais si le chanteur franco-congolais a été relaxé des faits d’agressions sexuelles, « au bénéfice du doute », il n’en a pas moins été reconnu coupable de la séquestration de quatre de ses anciennes danseuses.

Les accusations de ces dernières sont lourdes. Elles affirment que leur patron les a enfermées dans un pavillon de banlieue parisienne, sous la surveillance de ses deux gardes du corps, Mbila Kakese et Ogima Tsasa Nduka, également condamnés en appel pour complicité de séquestration. Si la présidente du tribunal a jugé qu’un doute persistait quant aux agressions sexuelles, les juges ont cependant tranché sur un point : les faits de séquestration sont constitués. En plus de l’épée de Damoclès de sa condamnation avec sursis, Koffi Olomidé devra donc désormais faire avec cette reconnaissance de culpabilité.