Politique
Le président rwandais Paul Kagame, à droite, s’entretient avec le chef du gouvernement israélien, Benyamin Netanyahu, à Kigali, le 6 juillet 2016 © CYRIL NDEGEYA/AFP

Cet article est issu du dossier

Israël-Afrique : l’offensive diplomatique de Tel-Aviv

Voir tout le sommaire
Politique

Israël-UA : désunion à l’Union africaine

Face au refus d’une partie des pays membres de l’UA, le retour d’Israël au sein de l’organisation panafricaine, en tant qu’observateur, n’a toujours pas été confirmé. Un révélateur de divisions plus sérieuses ?

Mis à jour le 26 janvier 2022 à 17:06

Le président congolais Félix Tshisekedi avec le Premier ministre Naftali Bennett à Jérusalem, le 28 octobre 2021. © Twitter Naftali Bennett

En février 2022, Israël s’apprête à ouvrir un nouveau chapitre de ses longues relations avec le continent, en obtenant le statut d’observateur auprès de l’Union africaine (UA). D’abord accordée en juillet dernier, cette accréditation a été dénoncée dès septembre par plus d’une vingtaine de pays membres, contrariés d’avoir été mis, selon eux, devant le fait accompli par Moussa Faki Mahamat.

À Lire Israël – Union africaine : polémique autour du statut d’observateur de l’État hébreu

Le président tchadien de la Commission de l’UA n’a pas eu d’autre choix que de revoir sa position. La question sera posée à l’ensemble des 55 États membres lors du prochain sommet des chefs d’État, prévu à Addis-Abeba en février 2022.

Une formalité ?

« Une formalité » pour plusieurs observateurs israéliens, plutôt confiants au moment d’inventorier les soutiens de leur pays au sein de l’organisation panafricaine. Officiellement, Israël n’a en effet pas compté autant d’amis africains depuis de longues décennies. « Il faut remonter aux années 1950, quand Israël disposait de plus d’une trentaine d’ambassades à travers le continent », précise le chercheur Emmanuel Navon. Le pays siégeait alors à l’Organisation de l’unité africaine (OUA) avec, déjà, ce statut d’observateur qu’il cherche aujourd’hui à récupérer. Il en a été dépossédé en 2002 au moment où le continent choisissait la voie de l’Union africaine.

À Lire Israël : « La guerre des berceaux tourne à l’avantage des Juifs »

Depuis la guerre israélo-arabe de 1973, le continent faisait preuve d’une belle unité sur la question israélienne. Au lendemain du conflit, l’ensemble des pays africains avaient officiellement rompu leurs relations diplomatiques avec Tel-Aviv, incités par une OUA largement sous influence des pays arabes du continent.

Vingt ans après le départ obligé d’Israël, les plus ardents adversaires de son retour sont toujours les mêmes. Ils sont juste moins nombreux que par le passé, leur nombre ayant diminué à mesure que Tel-Aviv normalisait ses relations avec le continent au lendemain des accords d’Oslo de 1993.

La cause palestinienne

Si la Libye en déliquescence n’exerce évidemment plus la même influence à l’UA qu’au temps de Mouammar Kadhafi, l’Algérie s’est rapidement élevée contre « l’évidence » de la décision prise par la commission, et elle a vite réuni autour d’elle la grande majorité des pays musulmans du continent, de la Mauritanie à Djibouti.

Seuls manquent à l’appel le Maroc et le Soudan, en phase de rapprochement avec Israël, ainsi que le Tchad, qui a rétabli ses relations diplomatiques avec ce dernier en 2018, après la visite historique sur place du président Idriss Déby Itno.

À Lire Lalela Mswane, Miss Afrique du Sud, priée de boycotter Israël

Les autres farouches adversaires d’un retour israélien à l’UA sont à chercher à l’extrême sud du continent, au Zimbabwe, en Namibie ou au Botswana. Ces pays ont  emboité le pas à l’Afrique du Sud devenue, depuis 1994 et l’arrivée de l’ANC au pouvoir, la grande défenseur de la cause palestinienne sur le continent. « La situation en Palestine n’ayant pas changé, il n’y pas de raison que le statut d’Israël change », avance cette fois encore le camp du refus, comme il l’avait déjà fait, avec succès, lors des demandes précédentes de 2013 et 2016.

Une lourde bataille procédurale a donc démarré à Addis-Abeba, prévue pour se conclure par un vote à majorité simple qui, s’il devait être secret, pourrait réserver des surprises. Dans le cas contraire, Israël mettrait fin à très exactement vingt ans d’absence, pour reprendre sa place parmi les 90 partenaires extérieurs aujourd’hui accrédités auprès de l’UA.