Politique

Mali-France : Emmanuel Macron va rencontrer Assimi Goïta à Bamako

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 14 décembre 2021 à 20:07

Le président français Emmanuel Macron. © French president Emmanuel Macron talks to reporters at the Royal Lounge of Jeddah Airport, in Jeddah, Saudi Arabia, as he ends three Gulf countries tour. © Abd Rabbo Ammar-POOL/SIPA

Le président français s’entretiendra dans les prochains jours avec son homologue malien. Les deux hommes doivent évoquer plusieurs sujets sensibles.

Ils se sont parlés plusieurs fois par téléphone, mais ils ne se sont encore jamais rencontrés. Ce sera bientôt chose faite. Selon nos informations, Emmanuel Macron se rendra le 20 décembre à Bamako. Il y sera reçu par le colonel Assimi Goïta, le président de la transition malienne. Cette rencontre intervient après des mois de fortes tensions diplomatiques entre les deux pays.

Dîner de Noël

Lors de cet entretien, il sera essentiellement question des tractations autour de la possible arrivée des mercenaires russes de Wagner au Mali et de l’organisation des élections censées mettre fin au régime de transition. Emmanuel Macron tentera une nouvelle fois de dissuader son hôte de passer tout accord avec le groupe paramilitaire sous peine de s’exposer à de lourdes sanctions internationales. Partageant la fermeté de la Cedeao, il lui répètera aussi l’importance de tenir des élections d’ici à la fin du mois de février, comme il s’y était engagé au début de la transition. Lors d’un sommet à Abuja, le 12 décembre, les chefs d’État ouest-africains ont annoncé qu’ils décideraient de nouvelles sanctions si rien n’était fait en ce sens d’ici au mois de janvier.

Après s’être entretenu avec Goïta, le président français s’envolera pour la base militaire française à Gao. Accompagné de Florence Parly, la ministre des Armées, il rendra visite aux troupes et fera un point sur le processus de transformation de la force Barkhane enclenché depuis trois mois. Il partagera ensuite un dîner de Noël avec les militaires français puis dormira sur place.

Quelques jours avant de prendre la présidence tournante de l’UE, en janvier, Emmanuel Macron échangera aussi avec les contingents européens de la task force Takuba, dont Paris entend faire un maillon essentiel de son futur dispositif militaire au Sahel.