Économie

Fusion entre Orange et MTN, ses amis al-Sissi et Ouattara : onze ans de Stéphane Richard en Afrique

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 20 décembre 2021 à 10:40

Stéphane Richard, futur ex-PDG d’Orange, avec les présidents ivoirien, égyptien et sénégalais, Alassane Ouattara, Abdel Fattah al-Sissi et Macky Sall. © Montage JA : ISA HARSIN/SIPA ; Bruno DELESSARD/Challenges/REA ; PHIL NOBLE/AFP ; Thierry STEFANOPOULOS/REA.

Celui qui quittera Orange à la fin de janvier 2022 en a fait un groupe solidement implanté en Europe et en Afrique. En onze ans de règne, Stéphane Richard a été le témoin de l’essor de la téléphonie mobile et du digital sur le continent.

Un standard de jazz plutôt qu’un classique de Chopin. C’est ce que choisirait Stéphane Richard s’il devait dire au revoir en musique à ses équipes en Afrique. « Ce genre musical doit beaucoup au continent », confie ce pianiste confirmé à Jeune Afrique. Son bilan – que beaucoup considèrent comme positif – à la tête de l’opérateur Orange pendant près de douze ans doit, lui aussi, beaucoup à l’Afrique.

Une conviction africaine

Ni le Maghreb ni le sud du Sahara ne lui sont pourtant familiers lorsqu’il intègre en septembre 2009 ce qui est encore France Télécom. Tout juste se souvient-il d’une mission dans les années 1980. Le jeune Stéphane, 27 ans, fraîchement diplômé de l’École nationale d’administration (ENA), est envoyé qu’en tant qu’inspecteur des finances en Afrique pendant trois mois.