Politique
Mosaïque de boxeurs en hommage à la victoire de Mohamed Ali contre George Foreman le 30 octobre 1974 au stade Tata Raphael de Kinshasa. Photographie prise le 4 juin 2016, © JUNIOR KANNAH/AFP.

Cet article est issu du dossier

RDC, un géant convalescent

Voir tout le sommaire
Économie

RDC : Forêt ou énergie ? Kinshasa choisit les deux

Création d’une filière industrielle de batteries, investissements « verts » des miniers, décarbonation… La RD Congo veut être un acteur clé de la transition écologique et énergétique. Quels sont ses arguments et ses moyens ?

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 28 février 2022 à 14:21

Lancement du DRC Africa Business Forum par Félix Tshisekedi au Palais du Peuple, le 24 novembre 2021, à Kinshasa. © Présidence RDC

Comment la RDC aborde-t-elle la transition écologique et énergétique ? Quelle est sa stratégie ? Quelles actions ont été engagées ? Sur le plan politique comme sur le plan économique, le pays des métaux clés de la décarbonation avance, mais à petits pas. En novembre dernier, Félix Tshisekedi est allé à la Conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP26), à Glasgow, avec un document au titre choc qui présentait la RDC comme le « pays solution au changement climatique ». Toutefois l’approche visait essentiellement l’atténuation des effets climatiques par la préservation de la forêt et le développement de l’énergie propre.

« Si nous devons préserver nos forêts et limiter la déforestation pour faire face au changement climatique, il faut trouver une alternative au bois-énergie par l’électrification propre », insiste Marie-Pascale Malanda, coordonnatrice de l’Agence congolaise de la transition écologique et du développement durable (Actedd), créée en février 2020. Forêt et énergie sont ainsi mises en balance.