Politique

Cameroun : Paul Biya et la présidence coûtent-ils de plus en plus cher ?

Alors que le Sénat se penche sur la loi de finances 2022, le budget du palais d’Etoudi est scruté de près. Selon les détracteurs du pouvoir, il ne cesserait d’augmenter. Est-ce vraiment le cas ?

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 10 décembre 2021 à 14:59

Paul Biya, ici à sa cérémonie d’investiture, à Yaoundé, le 6 novembre 2018. © Etienne Mainimo/EPA/MAXPPP

Exactement 51,9 milliards de francs CFA, soit un peu plus de 79 millions d’euros. C’est la somme totale qui devrait être allouée à la présidence de la République du Cameroun (45,3 milliards) et à ses “services rattachés” (6,7 milliards) pour l’année 2022. Après avoir été examinés puis approuvés par l’Assemblée nationale le 7 décembre, le budget et la loi de finances dans laquelle il figure sont à l’étude au Sénat.

Rendus publics et aussitôt commentés sur les réseaux sociaux, ces 51,9 milliards de francs CFA ont fait bondir les détracteurs du président Paul Biya, qui, ces dernières années, avait plusieurs fois promis une réduction du train de vie de l’État. Le budget global de la présidence et des services qui lui sont rattachés est en effet en hausse de 5,4 milliards de francs CFA par rapport à l’année 2021, soit une majoration de plus de 11­%.

Une baisse globale depuis 2014

Est-ce pour autant le signe d’une hausse constante ? Selon les chiffres que Jeune Afrique a consultés, les sommes allouées au palais d’Etoudi et aux services rattachés (qui comprennent, notamment, le Bataillon d’intervention rapide, BIR, et la Direction générale des renseignements extérieurs) étaient à peu près similaires en 2018, et même sensiblement plus élevées en 2019 et 2020.

Budgets de la présidence camerounaise depuis 2014. © Jeune Afrique

Budgets de la présidence camerounaise depuis 2014. © Jeune Afrique

Sur les neuf derniers exercices, le budget de la présidence a été à sept reprises supérieur à celui qui est prévu pour 2022, l’année 2015 ayant marqué un pic avec 66,8 milliards de francs CFA. “Le chef de l’État a demandé que le budget de la présidence soit revu à la baisse, en particulier les dépenses de fonctionnement et les missions”, se félicite un haut cadre du palais.

L’examen d’une autre ligne des lois de finances précédentes oblige cependant à relativiser la portée des efforts consentis. En partie en raison de la crise anglophone, le budget du ministère de la Défense, que dirige Joseph Beti Assomo, s’élevait à 207 milliards de francs CFA en 2020. Il devrait atteindre 282 milliards en 2022. Soit 75 milliards de hausse en deux ans.

Comparaison des budgets de la présidence et du ministère de la Défense camerounais depuis 2014. © Jeune Afrique

Comparaison des budgets de la présidence et du ministère de la Défense camerounais depuis 2014. © Jeune Afrique