Économie

Cheikh Tidiane Sarr (Orange Money Sénégal) : « Avec Wave, l’équilibre des prix a été brutalement rompu »

Pour Cheikh Tidiane Sarr, DG d’Orange Finances Mobiles au Sénégal, l’arrivée de la start-up américaine a bousculé l’équilibre de l’écosystème construit par Sonatel depuis douze ans. Selon lui, tout le monde est perdant dans cette course aux prix bas.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 13 décembre 2021 à 12:34

Orange Sénégal a annoncé, à la fin de novembre, la disparition des frais de retrait et l’application d’une commission fixe de 0,8 % sur l’envoi d’argent. © Sylvain Cherkaoui pour JA

Au Sénégal comme en Côte d’Ivoire ou désormais au Mali, l’opérateur Orange est sur ses gardes. Il a appris à répondre rapidement aux attaques commerciales de Wave Mobile Money, son nouveau grand rival venu des États-Unis.

Dernier développement en date, le 3 décembre, Orange Finances Mobiles qui commercialise Orange Money au Mali a annoncé une réduction de ses tarifs à hauteur de 1 % sur les frais de retrait pour les montants compris entre 0 et 1 million de F CFA (1 525 euros), ainsi qu’un tarif fixe de 10 000 F CFA appliqué sur les transferts supérieurs à 1 million de F CFA.

Plus loin que Wave

Au pays de la Teranga, Cheikh Tidiane Sarr, directeur général d’Orange Finances Mobiles Sénégal depuis septembre 2021, est allé plus loin que Wave. À la fin de novembre, cet ex-directeur de cabinet du DG de Sonatel, Sékou Dramé, a annoncé la disparition des frais de retrait et l’application d’une commission fixe de 0,8 % sur l’envoi d’argent.

À Lire Sénégal : comment Sonatel est devenu une pépinière d’élite pour les telcos africains