Politique
Mosaïque de boxeurs en hommage à la victoire de Mohamed Ali contre George Foreman le 30 octobre 1974 au stade Tata Raphael de Kinshasa. Photographie prise le 4 juin 2016, © JUNIOR KANNAH/AFP.

Cet article est issu du dossier

RDC, un géant convalescent

Voir tout le sommaire
Économie

RDC : Kinshasa, Lubumbashi, Kasumbalesa… à l’heure du grand « désenclavement » ?

Le pays souffre d’un cruel déficit d’infrastructures, en particulier en matière de mobilité. Quelques projets, peu médiatisés pour certains mais en bonne voie de réalisation, devraient commencer à changer la donne, notamment dans le sud du pays et à Kinshasa.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 28 février 2022 à 14:20

À Kasumbalesa, le poste-frontière entre la RDC et la Zambie (ici côté congolais) avant les travaux. © MDMM

Depuis son investiture en janvier 2019, Félix Tshisekedi a promis de faire de la RDC « l’Allemagne de l’Afrique » et de doter le pays d’infrastructures de qualité. Quelques chantiers laissés par son prédécesseur, Joseph Kabila, ont été achevés, certains redimensionnés ou abandonnés. De nouveaux projets ont été engagés dans les secteurs de l’énergie, des transports et de la logistique, du numérique, etc. Et il y a fort à faire. Si l’image de la RDC semble s’améliorer à l’international, nombre de partenaires potentiels se montrent encore circonspects. Ils observent de près les réformes initiées pour sécuriser les investissements, pour lutter contre la corruption, et « attendent de voir » la capacité des autorités congolaises à rendre concrètes ces infrastructures dont on dit depuis des années qu’elles sont « prioritaires ».

N’empêche, l’État se montre volontariste. Il poursuit les efforts pour trouver les partenaires et mobiliser les financements sur les projets de grande envergure approuvés de longue date, au premier rang desquels le mégaprojet des barrages du Grand Inga, la construction d’un port en eau profonde à Banana et celle d’un pont route-rail entre Kinshasa et Brazzaville. S’y ajoutent désormais d’autres chantiers « prioritaires » conçus par l’agence congolaise des grands travaux (ACGT), un service public rattaché au ministère des Infrastructures, qui table sur le développement des partenariats public-privé (PPP).

Port sec et nouvelle desserte pour Kasumbalesa