Politique

RDC : les clés du succès de Nicole Sulu et de l’influent réseau Makutano

Les rencontres Makutano se sont ouvertes à Kinshasa. Une aventure débutée il y a sept ans et dont la réussite doit beaucoup à l’entregent de sa fondatrice, Nicole Sulu. Laquelle se dit proche aussi bien de l’entourage de Félix Tshisekedi que du clan Kabila.

Réservé aux abonnés
Par - à Kinshasa
Mis à jour le 7 décembre 2021 à 16:50

Nicole Sulu, à Kinshasa, en juin 2016. © Gwenn Dubourthoumieu pour JA

Cette année encore, les invités sont prestigieux. Félix Tshisekedi et son Premier ministre, Sama Lukonde Kyenge, ont répondu présent, tout comme Jules Alingete, le puissant patron de l’Inspection générale des finances (IGF), ainsi que plusieurs ministres et chefs d’entreprise… Le casting de la septième édition du forum Makutano, qui se tient les 7 et 8 décembre à Kinshasa, est séduisant.

Il confirme aussi l’incroyable entregent de sa fondatrice, Nicole Sulu, qui l’a conçu comme un think-tank et un réseau d’influence comptant près de 600 membres. Elle explique avoir voulu en faire « le laboratoire d’un nouveau mindset [état d’esprit] en RDC » et a su le transformer en un rendez-vous incontournable, se pressent décideurs et entrepreneurs.

Carnet d’adresses

À Kinshasa, Nicole Sulu n’est pas n’importe qui. Formée à Bruxelles à l’Institut libre Marie Haps et à l’Institut catholique des hautes études commerciales (ICHEC), elle est rentrée au début des années 2000 à Kinshasa pour rejoindre la direction de l’entreprise fondée par son père, Sulu Group, et devenir l’administratrice déléguée du centre hospitalier Nganda. En 2011, c’est elle qui a repris les commandes du Sultani Hôtel, établissement que détient également sa famille et qu’aiment fréquenter hommes politiques et chefs d’entreprise. C’est d’ailleurs dans cet établissement que se tenaient les forums Makutano, avant d’être délocalisés au Pullman.

Nicole Sulu ne conteste pas avoir bénéficié du carnet d’adresses de son père, Sulu Maseb A Mwang Stanislas, par ailleurs médecin et président de la Ligue congolaise contre le cancer. Pour ne rien gâcher, elle a épousé le très connecté Ambroise Tshiyoyo, ancien administrateur de la Banque congolaise, président d’honneur de la Chambre de commerce et d’industrie franco-congolaise et administrateur de TME (Tshilemb Manufacture et Extraction, une entreprise spécialisée dans la production d’agrégats de construction). Les deux époux sont membres de la Fédération des entreprises du Congo (FEC), dirigée par Albert Yuma, autre figure incontournable de la scène politique et économique congolaise, quoique récemment écarté de la tête de la Gécamines. À la FEC, Tshiyoyo préside la commission des relations extérieures.

Bonnes relations avec les clans Kabila et Tshisekedi

Ce dernier est aussi le cousin de François Beya, puissant conseiller en sécurité de Félix Tshisekedi. Patron de la Direction générale de migration (DGM) lorsque Joseph Kabila était au pouvoir, Beya a aujourd’hui des bureaux au Sultani Hôtel, et cette proximité entre les deux cousins n’est pas étrangère au succès du forum Makutano. Un lien de causalité que Nicole Sulu ne dément pas : « Aurait-on tenu sinon ? Cela fait sept ans que l’on organise le forum tous les ans sans interruption. Sept ans, alors que le gouvernement a changé, que le président a changé. Je crois que c’est [notre] force et la réponse [à votre question] ».

À Lire RDC : dix choses à savoir sur François Beya, l’homme clé du système Tshisekedi

Nicole Sulu dit avoir d’aussi bonnes relations avec le clan Kabila qu’avec Tshisekedi et son entourage. Le chef de l’État était d’ailleurs déjà présent à la cinquième édition, tout comme Mahamadou Issoufou, alors président du Niger. L’année précédente, c’est le Ghanéen John Dramani Mahama qui avait fait le déplacement, tout comme la Libérienne Ellen Johnson Sirleaf, le Nigérian Tony Elumelu (United Bank of Africa) et même le Camerounais Samuel Eto’o. « Nos invités ont l’expertise, l’expérience et les ressources indispensables à l’articulation d’une vision commune, conclut Nicole Sulu. L’Afrique ne peut pas être qu’un potentiel. Les leaders doivent jouer leur rôle et ne peuvent le déléguer. »