Économie

Sénégal : le Club Med se relance en Casamance

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 6 décembre 2021 à 16:24

Birane Tamba, 44 ans, est l’administrateur général du Club Med au Sénégal. © Théo Du Couëdic

Après 21 mois de fermeture, le Club Med de Cap Skirring vient d’accueillir 150 touristes. Une bouffée d’air pour les 935 emplois – directs et indirects – que le resort génère ainsi qu’un bon signal pour la reprise de l’activité touristique au Sénégal.

Dimanche 5 décembre, ils ont foulé la piste d’atterrissage fraîchement remise à neuf de l’aéroport de Cap Skirring. À leur arrivée, les 150 touristes en provenance de Paris ont eu droit à un beau comité d’accueil : Alioune Sarr, ministre sénégalais du Tourisme et des Transports aériens, Doudou Ka, directeur général de l’Aéroport international Blaise-Diagne (AIBD), à l’initiative des travaux réalisés depuis octobre et, bien sûr, Birane Tamba, administrateur général du Club Med au Sénégal.

Le tourisme est le moteur de l’économie en Casamance

Les touristes ont ensuite été conduits jusqu’aux 83 hectares du resort, à 900 mètres de là. Le soir, un concert de Metzo Djatah, connu pour son titre Diembéring, a été donné accompagné d’animations prévues par la population locale.

Reprise attendue

Si l’ambiance était à la fête, c’est que l’événement est de taille. Le Club, principal pourvoyeur d’emplois en Casamance – avec 435 emplois directs et 500 emplois indirects – rouvre ses portes après 21 mois de fermeture. « Le tourisme est le moteur de l’économie. On a beaucoup souffert pendant ces mois de fermeture. Toutes les activités générées par le resort étaient à l’arrêt », indique Tombom Gueye, maire de la commune de Diembéring (constituée de 21 villages), dont 35 % du budget annuel dépend du complexe.

La réouverture du Club, implanté depuis 1973 dans la région, signe un retour vers l’emploi pour les professeurs de golf, de tennis, la filière pêche, les guides touristiques, la centaine d’artisans présents en temps normal dans l’enceinte du complexe ; ainsi qu’un regain d’activité pour les 200 maraîchères locales auprès desquelles le Club s’approvisionne en fruits et légumes – via un partenariat de longue date avec l’ONG Agrisud.

En septembre, pourtant, rien n’était acté. « Les autorités sénégalaises voulaient que l’aéroport de Cap Skirring soit complètement refait pour booster le tourisme dans la zone. Nous avons réussi à trouver une situation alternative », explique Birane Tamba. Le gros des travaux reprendra à la fin de la saison touristique, dans le cadre du Programme de réhabilitation des aéroports du Sénégal. Il est notamment prévu la reconstruction de l’aérogare et le rallongement de 500 mètres de la piste de l’aéroport.

Impact d’Omicron ?

Le Club – dont la clientèle est répartie à 95 % entre trois pays, la France, la Belgique et la Suisse – va retrouver son rythme de croisière de deux vols par semaine à partir du 15 décembre. Parmi les 300 passagers acheminés, une trentaine séjournera au village-hôtel La Paillotte, avec qui l’entreprise française a signé un partenariat, ainsi que dans d’autres établissements. Les 204 chambres commercialisées sont d’ores et déjà réservées jusqu’à la fin de février. De quoi présager un retour à la normale, après deux saisons creuses ? Et ce malgré l’apparition du variant Omicron qui a conduit plusieurs pays à renforcer leurs normes sanitaires ?

Au Sénégal, en 2019, les recettes liées au tourisme étaient estimées à 864 milliards de F CFA (soit plus de 1,3 milliard d’euros). La même année, quelque 1,958 million de touristes toutes nationalités confondues se sont rendus dans le pays – que ce soit pour du tourisme d’affaires, religieux, de découverte, balnéaire ou lié à la nature. Des chiffres qui n’ont cessé d’augmenter depuis 2015, mais qui ont connu un sérieux ralentissement en 2020 et en 2021, du fait de la pandémie. À travers un crédit hôtelier et touristique, l’État aura dépensé 15 milliards de F CFA pour venir en aide au secteur – qui compte 908 établissements hôteliers dans le pays dont 15 % en Casamance.

25 millions d’euros de travaux

Durant ces deux années de fermeture, le resort de Cap Skirring n’aura pas changé de visage. Un vaste lifting est toutefois prévu dans le courant de 2022. Il sera financé par Grit Real Estate Income Group (GRIT), une société immobilière panafricaine basée à Maurice, qui a racheté l’établissement hôtelier, en janvier 2020, pour un montant de 16,2 millions d’euros.


>>> À lire sur Africa Business + : Grit veut s’appuyer sur le Club Med pour avancer en Afrique <<<


Les parties communes et les 215 chambres existantes vont être rénovées. Dans le même temps, 120 nouvelles chambres (dont 20 chambres de luxe) vont être construites, de même qu’un espace fitness et une piscine zen. Une centaine d’emplois directs sont associés à ce projet, qui est estimé à 16,7 milliards de F CFA.

Le Club Med compte également profiter des nouveaux travaux à venir de l’aéroport de Cap Skirring pour acheminer un troisième vol charter dès la saison prochaine, en provenance de Bruxelles, afin de remplir les chambres nouvellement créées et de renforcer la clientèle belge.

Ses ambitions en Afrique ne s’arrêtent pas là. Présent au Maroc, en Tunisie, à Maurice et aux Seychelles, le Club Med a été désigné comme l’exploitant d’un futur éco-resort à Avlékété, à l’ouest de Cotonou, au Bénin. L’ouverture est prévue pour la fin de 2024. À terme, le Club Med compte aussi s’implanter en Afrique du Sud.