Société

France : décès de Pierre Rabhi, pionnier de l’agroécologie

Il a marqué de son empreinte la pensée écologiste et était une référence pour de nombreuses personnalités : Pierre Rabhi, pionnier de l’agroécologie, est décédé le 4 décembre à l’âge de 83 ans.

Par
Mis à jour le 5 décembre 2021 à 17:37

L’écrivain et militant écologiste français Pierre Rabhi à Salé, au Maroc, le 7 octobre 2018 © AFP/FADEL SENNA

Auteur notamment de « Vers la sobriété heureuse », plaidoyer sur la « joie de vivre dans la simplicité », vendu à plus de 460 000 exemplaires, ce militant de la cause écologiste est mort samedi des suites d’une hémorragie cérébrale, a indiqué à l’AFP son fils, Vianney.

Ce pionnier du néo-ruralisme, né en 1938 aux portes du Sahara algérien, s’était installé en 1961 dans une ferme en Ardèche. Il restera comme l’un des pionniers de l’agroécologie – pratique agricole visant à régénérer le milieu naturel en excluant pesticides et engrais chimiques.

Une méthode appliquée dès les années 1980 en Afrique subsaharienne et notamment au Burkina Faso, où Thomas Sankara lui avait confié des projets de réformes agraires. « Je sentais chez lui une âme et un cœur. Il était animé par une révolte interne constructive et pacifique », avait confié à JA Pierre Rabhi au sujet de Thomas Sankara. 

Éphémère candidature à la présidentielle

« Les colibris et l’écologie sont en deuil », a réagi La Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) sur Twitter. Pierre Rabhi avait choisi ce petit oiseau pour illustrer sa philosophie en se fondant sur une légende amérindienne : face à un incendie dans une forêt, le colibri « s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu », suscitant des sarcasmes de la part des autres animaux. « Je le sais, mais je fais ma part », répondait-il dans cette légende que Rabhi ne cessait de conter.

Grand admirateur de Socrate, il disait que « chaque être humain doit tenter de se connaître de façon à se changer positivement ».

Pierre Rabhi connut une certaine exposition médiatique en 2002, lors d’une éphémère candidature à la présidentielle française, pour déjà « introduire dans le débat l’urgence écologique et humaine ». Père de cinq enfants, il a ensuite partagé son temps entre interviews, animation de ses fondations, conférences et rédaction d’ouvrages.

Avec AFP