Politique

RDC – Affaire Willy Bakonga : un ancien ministre libéré, une ministre en colère

La remise en liberté de l’ancien ministre Willy Bakonga, pourtant condamné à trois ans de prison pour « blanchiment », a provoqué l’ire de Rose Mutombo Kiese, la ministre congolaise de la Justice.

Mis à jour le 3 décembre 2021 à 17:58
Kash

Par Kash

Caricaturiste, bédéiste et peintre congolais installé à Kinshasa.

© Kash

Rose Mutombo Kiese est en colère. Et la ministre de la Justice n’a pas hésité à le faire savoir au procureur général près la Cour de cassation, auprès duquel elle a vertement critiqué la remise en liberté de Willy Bakonga, sept mois après son placement en détention.

L’ancien ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et technique, qui avait été condamné en avril dernier à trois ans de prison pour des faits de blanchiment de capitaux et transferts de capitaux vers l’étranger, a été libéré de la prison centrale de Makala le 25 novembre, sur demande du procureur près la Cour d’appel de Kinshasa-Gombe.

À Lire RDC : proches de Kabila, anciens ministres… Vers une enquête sur l’affaire des cartes bancaires liées au Trésor

Sauf que pour la ministre, Bakonga ne pouvait pas relever des conditions de la grâce collective prononcée par Félix Tshisekedi le 28 juillet dernier. Il doit donc retourner au plus vite par la case prison. « Les personnes condamnées par la Cour de cassation doivent être ramenées dans l’état où elles étaient, avant sa lettre, à la prison centrale de Makala », ordonne-t-elle.

Tandis que certains réclament des sanctions à l’encontre du magistrat fautif, la missive de la ministre de la Justice est, à l’heure où nous écrivons ces lignes, restée sans effet.