Politique

Côte d’Ivoire – Afrique du Sud : ce que se sont dit Alassane Ouattara et Cyril Ramaphosa

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 3 décembre 2021 à 17:51

Cyril Ramaphosa et Alassane Ouattara, lors de leur point presse à Abidjan, le 2 décembre. © SIA KAMBOU/AFP

Le 2 décembre, le chef de l’État ivoirien s’est entretenu au palais présidentiel avec son homologue sud-africain, alors en visite de 72 heures dans le pays.  

Lors de son entretien avec Cyril Ramaphosa, Alassane Ouattara (ADO) était entouré de son Premier ministre, Patrick Achi, et du ministre de la Défense, Téné Birahima Ouattara. Il a d’abord tenu à apporter son soutien à son homologue, dont le pays a été mis au ban après l’annonce de la découverte du variant Omicron, le 24 novembre. Mais les dossiers économiques ont vite été abordés, comme le renforcement de l’axe Pretoria-Yamoussoukro dans les échanges commerciaux.

« Davos africain »

Cyril Ramaphosa a mis sur la table la nécessité d’un accord stratégique avec la Côte d’Ivoire, au-delà des commissions mixtes ou des conventions basiques. Ce dernier souhaite en effet contrebalancer le poids des pays occidentaux dans le commerce africain. Malgré la présence de grands groupes sud-africains en Côte d’Ivoire, comme le géant des télécoms MTN ou la banque Stanbic, les échanges avec Abidjan n’affichent que 300 milliards de F CFA par an. La Zone de libre échange du commerce africain (ZLECAF) a été abordée. Ce sujet est d’autant plus d’actualité que Cyril Ramaphosa souhaite organiser un « Davos africain » dès 2022.

Le statut d’observateur accordé l’Union Africaine à Israël, point de discorde de l’Afrique du Sud avec l’UA, a par ailleurs été évoqué. Très mécontent envers la commission de l’organisation, Cyril Ramaphosa s’en est ouvert à Alassane Ouattara. Enfin, la coopération bilatérale dans les domaines de la sécurité et de la défense a été évoquée : sur les questions de lutte contre le terrorisme et la piraterie maritime, ADO souhaite en effet un engagement fort de ses partenaires.

Inquiétudes

La visite du président sud-africain à Abidjan, organisée du 1er au 3 décembre, a été suivie de près par l’entourage d’Alassane Ouattara qui était très inquiet. Face aux nouvelles restrictions envers les pays d’Afrique australe, le maintien de ce déplacement a été questionné.

Mais le fait que ses homologues Muhammadu Buhari, Macky Sall et Nana Akufo-Addo n’aient pas annulé la venue de Ramaphosa dans leur pays, a fini par convaincre ADO. Lequel n’a pas non plus changé le format de la visite (signature d’accords, forum économique, décoration, cérémonie de remise des clés de la ville d’Abidjan et dîner d’État).

Le président sud-africain a été logé au Palais des hôtes, dans le quartier présidentiel de Cocody-ambassades et non au Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire, où les suites présidentielles sont régulièrement réservées lors des visites de hautes personnalités étrangères.