Politique

Comment la Chine et les États-Unis se disputent l’Afrique

Le continent est au cœur de la lutte qui se joue au niveau mondial entre Pékin et Washington. Implantations militaires, vente d’armes ou encore aide au développement… Décryptage des forces et des faiblesses des deux puissances.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 23 décembre 2021 à 10:47

© Photomontage Jeune Afrique

Washington, Pékin, combien de divisions en Afrique ? Dans le bras de fer que se livrent les États-Unis et la Chine au niveau mondial, le continent est au centre de toutes les attentions. Les récentes tournées africaines d’Antony Blinken, le secrétaire d’État américain, et de Wang Yi, le ministre chinois des Affaires étrangères, sont l’illustration la plus récente de cette bataille d’influence.

À Lire Chine-Afrique : qui a bénéficié des 40 milliards de dollars de la « dette cachée » ?

Lors du Forum pour la coopération sino-africaine (Focac), qui s’est tenu à Dakar les 28, 29 et 30 novembre, Wang Yi est venu livrer, au nom de Xi Jinping, une nouvelle fournée de promesses. Quelques jours auparavant, Antony Blinken était lui aussi à Dakar et assurait avec force dans un entretien à Jeune Afrique que le continent était « au centre de [la] politique étrangère » de Joe Biden.

Économie : Pékin s’impose

Mais quelles sont leurs forces et leurs faiblesses respectives ? Sur le plan économique, ce sont les Chinois qui s’imposent, sans ambiguïté. Si de nombreux experts, et certains chefs d’État africains, semblent être aujourd’hui partiellement revenus de leurs « illusions » quant aux largesses promises par la Chine, Pékin reste un partenaire incontournable.

Sur le plan militaire en revanche, les Américains restent beaucoup plus implantés que les Chinois. Pékin ne possède qu’une seule et unique base militaire sur le continent, à Djibouti, quand les États-Unis comptent – officiellement – plus d’une dizaine de sites où sont déployés quelque 6 000 soldats.

Le bras de fer, qui se joue également sur le plan du « soft power », est parfois presque frontal. Surtout lorsqu’il s’agit pour les deux puissances de préserver leur accès aux ressources minières dont leurs industries dépendent, plus ou moins directement. En RDC, où les États-Unis marquent le pas sur le front minier, les révélations sur les dessous du « contrat du siècle » sino-congolais ont tourné au clash entre ambassadeurs.

Implantations militaires, vente d’armes, exportations ou encore aide au développement… Décryptage des forces et des faiblesses de Pékin et de Washington sur le continent.