Politique

Niger : pourquoi Mohamed Bazoum a remanié le gouvernement 

Le président nigérien a opéré ce 29 novembre des changements dans la composition de son équipe gouvernementale et notamment remplacé Alkache Alhada, à l’Intérieur, par un de ses proches.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 30 novembre 2021 à 17:03

Mohamed Bazoum à Niamey, en octobre. Mohamed Bazoum (Niger), president de la Republique, arrive a sa residence, a Niamey, le 07/10/2021. © Vincent FOURNIER pour JA

Mohamed Bazoum n’avait qu’un poste en ligne de mire : celui de ministre de l’Intérieur. Préoccupé par les incidents ayant eu lieu le 27 novembre à Téra, où des manifestations contre un convoi de l’armée française ont fait deux morts civils nigériens, le chef de l’État a décidé deux jours plus tard de remplacer Alkache Alhada.

Défaillance

Selon une source proche de la présidence, Mohamed Bazoum a estimé que son ministre avait failli dans la sécurisation du convoi, trop militarisé à son sens alors qu’un simple peloton de gendarmes aurait suffi et ayant contribué à faire monter les tensions autour de l’armée française. Il a donc choisi de le nommer au ministère du Commerce et de le remplacer par Hamadou Adamou Souley.

À Lire Niger – Mohamed Bazoum : « Les dirigeants maliens ont tout intérêt à nous écouter »

Ce dernier, qui détenait jusqu’ici le portefeuille de l’Équipement, est l’ancien directeur de cabinet de l’ex-Premier ministre Brigi Rafini. Cadre du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS, au pouvoir) pour la région de Tillabéri, il est surtout un proche de longue date de Mohamed Bazoum, lequel le consultait déjà régulièrement avant d’entrer à la présidence.

Accord officieux

Le remaniement consacre également le départ des ministres de la Justice, Boubacar Hassan, et de la Fonction publique, Attaka Zaharatou, respectivement remplacés par Ikta Abdoulaye Mohamed et Hadiza Douara Kafougou. Selon nos informations, ces quatre changements ont toutefois été gérés en interne par le Mouvement patriotique pour la République (MPR-Jamhuriya), parti d’Albadé Abouba, dont tous font partie.

À Lire Niger : Mohamed Bazoum à l’épreuve du feu

Candidat à la présidentielle en décembre 2020, l’ex-ministre Albadé Abouba s’était rallié à Mohamed Bazoum et au PNDS entre le premier et le second tour du scrutin. Il avait alors obtenu pour le MPR-Jamhuriya plusieurs postes au gouvernement, pour lesquels il lui revient toujours, officieusement, de s’occuper des nominations, la présidence se contentant en réalité d’en prendre acte.